Avec la réforme des rythmes scolaires c’est le privé qui s’engraisse

mardi 23 septembre 2014
par  SUD Education 92

Le Canard Enchaîné nous l’apprend en septembre 2014. Le privé profite de l’aubaine offerte par cette « réforme », on n’en attendait pas moins de lui.

Ce qu’il faut savoir : le privé n’a pas d’obligation à mettre en place la semaine de 4,5 jours.

Conséquences : 90% des écoles privées sont restées aux 4 jours et les effectifs explosent étant donné l’exaspération de nombreuses familles face au bordel de l’organisation des 4,5 jours.

Cerise sur le pompon : les écoles privées perçoivent quand même les « fonds d’amorçage » du gouvernement pour mettre en place les activités péri-scolaires, même si elles ne le font pas.

Chantilly sur la cerise : Le forfait municipal versé par les communes aux écoles privées augmente puisqu’il est indexé à ce que ces mêmes communes dépensent pour les élèves des écoles publiques. Les communes, chargées du péri-scolaire, dépensent plus qu’avant, donc le forfait augmente. Simple comme bonjour ! Dire que ceux qui ont été à l’origine de cette "réforme" ont osé pondre une Charte de la laïcité...

Une seule solution : ABROGATION !