SUSPENSION DU SOUTIEN DANS LE PREMIER DEGRE A GENNEVILLIERS

mardi 9 décembre 2008
par  SUD Education 92

L’appel des 100 pour l’arrêt de l’aide personnalisée !

Soutenu par les syndicats Cgt, FO, CNT, SUD et des syndiqué du SNUipp-FSU

Il y a quelques mois nous apprenions par voie de presse que les samedis matins seraient supprimés pour l’ensemble des élèves. Ces heures seront désormais consacrées à la prise en charge par les enseignants des enfants en difficulté.
Depuis la rentrée nous avons découvert que, non contents de supprimer des milliers de postes classe, le gouvernement a décidé de s’attaquer aux réseaux d’aide et annonce la disparition de nos collègues spécialisés dans le traitement de la difficulté scolaire dans les trois années à venir, nous signifions clairement que nous ne voulons pas rentrer dans ce dispositif qui fait partie d’un plan plus général visant à court terme à la disparition des RASED et à moyen et long termes à la casse de l’Education nationale !

Dans plusieurs départements de France, de nombreux collègues en sont arrivés aux mêmes conclusions que nous et ont décidé d’arrêter les frais : dans une centaine d’écoles à Paris et dans la moitié des circonscriptions du Val-de-Marne, l’aide personnalisée est « gelée » depuis plusieurs semaines ; dans les deux circonscriptions de Cergy (95) c’est depuis le 14 novembre, suite à la prise de position de 122 collègues, que la suspension est en place.

Nous sommes fermement convaincus d’agir dans l’intérêt des élèves et de l’Education nationale. Par conséquent, nous sommes décidés à tenir bon quelques soient les pressions exercées par notre hiérarchie.

C’est pourquoi, à Gennevilliers, 3e circonscription des Hauts-de-Seine, plus d’une centaine de collègues se sont déjà prononcés pour l’arrêt du soutien et le refus de continuer à mettre en place des dispositifs « poudre aux yeux », contraires à l’idée qu’ils se font d’une école pour toutes et tous.