Une journée de mobilisation réussie, le gouvernement doit entendre les revendications !

mardi 20 novembre 2007
par  SUD Education 92

Plus de 700 000 personnes ont manifesté en France à l’appel des fédérations de fonctionnaires. Le taux de grévistes dans la fonction publique est très important, approchant ou dépassant dans certains ministères ou administrations plus de 50% (Education nationale, finances…). Cette mobilisation démontre la détermination des personnels à faire aboutir leurs
revendications :

Pouvoir d’achat : La propagande ministérielle envoyée par Eric Woerth à tous les fonctionnaires démontre que le gouvernement reste sourd à la revendication principale des personnels. L’Union syndicale Solidaires exige l’ouverture immédiate de négociations salariales sur la base du rattrapage du pouvoir d’achat depuis 2000 et d’un véritable plan pour 2007 et 2008. En effet, 2007 aura été une année blanche. En prétendant que l’augmentation de 0,8% accordé en février pour l’année 2006 serait une mesure salariale 2007, le Ministre rompt la parole de l’Etat engagée par son prédécesseur.

Emploi public : Les personnels des fonctions publiques ont démontré massivement leurs inquiétudes face à l’avenir de leurs missions, compte tenu des dizaines de milliers de suppressions d’emplois annoncés pour 2008 et pour les années futures. Ce sont non seulement les conditions de travail et les missions des agents publics qui sont menacées, mais aussi l’existence même des services publics. Les personnels ont exprimé aussi leur volonté de garder une fonction publique statutaire loin des projets de démantèlement prévues par le pouvoir.

Retraites et convergences des luttes :Pour l’Union syndicale Solidaires, la convergence des luttes qui s’est illustrée aujourd’hui démontre que la lutte des cheminots et des régimes spéciaux doit être prise dans le problème global des retraites. Le gouvernement veut passer sa réforme pour s’attaquer à nouveau aux retraites de l’ensemble des salariés (public comme privé) et allonger les annuités à 41 puis 42 ans. Le but n’est pas de travailler plus longtemps mais de baisser le niveau des pensions. D’autres solutions sont possibles comme le retour pour tous aux 37,5 ans de cotisations, par un autre partage des richesses.

Le gouvernement doit ouvrir des négociations immédiates sans préalable et donner des réponses concrètes aux personnels des fonctions publiques. A défaut, l’Union syndicale Solidaires appellera à renforcer et amplifier les mobilisations dans la fonction publique et, en convergence avec les autres secteurs à une journée de mobilisation interprofessionnelle.