Urgence pour les stagiaires ! Abrogation de la réforme de la masterisation !

vendredi 21 janvier 2011
par  SUD Education 92

SUD éducation a contesté dès 2008 la réforme de la formation des maîtres dite
« mastérisation » et le scandale des nouvelles conditions d’entrée dans le métier qui en découlent,
tant dans le premier que dans le second degré. Nous sommes pour le retour à un
recrutement à la licence et l’attribution d’un Master pour tous les professeurs à l’issue de la
formation initiale professionnelle.

SUD éducation soutient donc totalement la mobilisation entamée par des collectifs de
stagiaires notamment dans les académies de Créteil, Paris, Versailles, Rennes, Grenoble,
Caen, Orléans… Ce mouvement est en train de se structurer avec des représentants dans toutes
les académies.

A l’initiative du collectif « stagiaire
impossible », des manifestations sont organisées souvent avec un soutien intersyndical large.

SUD éducation soutient cette organisation du mouvement par les stagiaires eux-mêmes.

Avec le collectif « stagiaire impossible », nous demandons dans le 1 er comme dans
le 2nd degré des mesures d’urgence avec comme objectif final l’abandon de
la mastérisation :

- Un allègement de service : pas plus d’un tiers du temps de service devant les classes.

- Une formation renforcée sur le temps de service assurée par des formateurs pour tous
les stagiaires, un dispositif particulier pour soutenir ceux qui sont en difficulté.

- Une harmonisation des procédures de titularisation dans toutes les académies garantissant
l’équité et les droits des stagiaires.

Au-delà c’est bien la mastérisation qui est en cause .

- Elle est motivée par la volonté de supprimer des milliers des postes grâce au passage à
temps plein devant élèves ( 16 000 cette année).

- Elle va générer un tri social accru. L’allongement de la scolarité (désormais, la Licence
(Bac+3) + 2 ans de master sont nécessaires pour passer les concours) aura pour conséquence
d’accroître les difficultés des étudiants issus des classes populaires. Aucune « revalorisation »
ne compensera ce recul social.

- Elle va créer un vivier de précaires. Dans un contexte de suppression des postes de titulaires
(35 000 depuis 2007) et de réduction du nombre de postes aux concours, la réforme
multipliera les "reçus collés" : titulaires d’un master mais pas du concours. Ils serviront à alimenter
le « vivier » de remplaçants précaires.

Pour ces raisons SUD éducation
lutte pour l’abrogation de la réforme de la mastérisation.


Documents joints

PDF - 136.5 ko
PDF - 136.5 ko