Maintien de l’éducation prioritaire en lycée !

jeudi 15 septembre 2016
par  SUD Education 92

MAINTIEN DE L’EDUCATION PRIORITAIRE EN LYCEE !

Les organisations syndicales FO, SNES, CGT Educ’Action et SUD des Hauts-de-Seine ont pris connaissance de la sortie de tous les lycées de l’éducation prioritaire (EP) au travers de plusieurs courriers de la ministre de l’éducation nationale adressés à des élus des communes des Hauts-de-Seine.

Au-delà de la « forme » - parfaitement inacceptable - par laquelle les organisations syndicales et les personnels sont informés (à notre connaissance, c’est la première fois qu’une décision de cette ampleur est prise hors décret réglementaire), ces menaces s’inscrivent en rupture totale avec les discours de l’administration qui promettaient une prochaine communication de la carte de l’Education Prioritaire en lycée.

Depuis deux ans, les organisations syndicales organisations syndicales FO, SNES, CGT Educ’Action et SUD des Hauts-de-Seine - qui n’ont eu de cesse, tant à l’échelon départemental qu’à l’échelon académique, d’exiger des réponses claires quant au devenir des lycées en EP - tiennent à affirmer par la présente leur attachement à un tel dispositif en lycée et demande audience en urgence à Madame la ministre afin que des réponses claires et sans ambiguïté leur soient communiquées ainsi qu’aux établissements concernés.

En cette rentrée 2016, nous constatons déjà dans l’académie de Versailles une nette dégradation des conditions de travail, en particulier dans les lycées relevant de l’EP : c’est le cas notamment au LPO Jean Rostand (Mantes-la-Jolie, 78), au LPO R. Doisneau (Corbeil-Essonnes, 91), au LPO Galilée (Gennevilliers, 92) ou encore au lycée Joliot-Curie (Nanterre, 92), où les personnels sont en grève reconductible depuis le 5 septembre dernier, pour exiger le maintien de tous les lycées en EP.
Dans ces conditions, les organisations syndicales FO, SNES, CGT Educ’Action et SUD des Hauts-de-Seine demandent à Madame la ministre de les recevoir en urgence pour exiger le maintien de l’éducation prioritaire en lycée, ainsi que tous les moyens qui y sont attachés (indemnités, bonifications des barèmes de mutations, dotations horaires spécifiques).

Mercredi 14 septembre 2016

les organisations syndicales FO, SNES, CGT Educ’Action et SUD des Hauts-de-Seine


Documents joints

PDF - 242.2 ko
PDF - 242.2 ko