Communiqué pour le retrait de la loi travail de l’intersyndicale CGT Educ’Action, SN-FO-LC, SNES-FSU et SUD Education des Hauts-de-Seine du secondaire

vendredi 18 mars 2016
par  SUD Education 92

COMMUNIQUÉ INTERSYNDICAL – VENDREDI 18 MARS 2016

Les organisations CGT Educ’Action, SN-FO-LC, SNES-FSU et SUD Education des Hauts-de-Seine ont pris connaissance de la déclaration des organisations nationales CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL, en date d’hier, qui appelle les salariés et les jeunes à une « puissante journée de grève et de manifestations » jeudi 31 mars, pour le retrait du projet de « loi travail ».

En organisant l’inversion de la hiérarchie des normes, le projet de loi El Khomri fait dépendre la rémunération, la durée du travail, les congés… de l’accord d’entreprise, qui deviendrait le « niveau de droit commun », c’est-à-dire le niveau où le rapport de force est le plus défavorable aux salariés.

Inverser la hiérarchie des normes pour remettre en cause les garanties collectives nationales, c’est ce qui relie le projet de « loi travail » à la réforme du collège, qui ne vise ni plus ni moins qu’à remplacer les normes et réglementations nationales par des règles locales au niveau des établissements, renonçant ainsi à faire de l’Ecole un outil de réussite sociale pour tous les élèves.

Le succès de la mobilisation du 17 mars – dans la continuité de la puissante manifestation du 9 mars – constitue un désaveu cinglant des annonces du Premier ministre visant à aménager le projet de « loi travail » : les salariés, les jeunes ne sont pas dupes !

Les organisations CGT Educ’Action, SN-FO-LC, SNES-FSU et SUD Education des Hauts-de-Seine appellent les personnels du 2nd degré à se saisir de la manifestation du 24 mars, jour de la présentation du projet de loi en conseil des ministres, pour faire monter la mobilisation d’un cran.

Elles appellent les personnels du département à se réunir en assemblée générale, à décider la grève totale dans les établissements, et à manifester, jeudi 31 mars, pour exiger le retrait du projet de « loi travail ». Un préavis de grève court jusqu’au 2 avril.
Au soir de cette énorme mobilisation que nos organisations engagent et qui doit conduire au retrait du projet de loi, le gouvernement portera l’entière responsabilité des suites que nos organisations ne manqueront pas de décider.


CGT Educ’Action, SN-FO-LC, SNES-FSU et SUD Education des Hauts-de-Seine


Documents joints

PDF - 361.9 ko
PDF - 361.9 ko