Rentrée scolaire : l’impréparation se poursuit pour une rentrée explosive et anxiogène

jeudi 3 septembre 2020
par  SUD Education 92

Le ministère a publié dans la soirée du vendredi 28 août des fiches thématiques sur la restauration, l’EPS, l’éducation musicale,l’internat et les récréations. Ces fiches thématiques, sont publiées trop tardivement sans que les équipes puissent s’en servir en amont de la rentrée scolaire.

Depuis plusieurs mois, SUD éducation alerte sur la nécessité de préparer sérieusement la rentrée scolaire, et de donner les moyens aux établissements et aux équipes de préparer le plus sereinement possible une rentrée qui s’annonçait compliquée.
L’organisation de la rentrée relève pourtant de l’improvisation.

→ EPS

Sans aucune réduction des effectifs, les professeur-e-s effectuent une activité sportive à l’extérieur ou dans un gymnase sans le port du masque avec une distanciation physique d’au moins deux mètres sauf si cela n’est pas possible.
Aucun personnel supplémentaire pour encadrer la même classe mais les professeur-e-s sont invité-e-s à effectuer des évaluations diagnostiques des élèves « sur le plan physique et psychologique » et de « remettre au centre l’idée du collectif ».
Les élèves sont également invité-e-s à venir en tenue de sport afin de ne pas utiliser les vestiaires.

→ Éducation musicale

Les cours d’éducation musicale auront lieu sans aucune réduction des effectifs, le maintien du port du masque et une distance physique.
Il est recommandé de travailler "la qualité du timbre, la justesse, l’expression (...) sans rechercher la puissance vocale". Il est également recommandé de mettre en place "la plus grande distanciation physique possible" car "la plupart des salles spécialisées ne comportent pas de tables". On propose de placer les élèves "en arc de cercle". Il est possible d’effectuer "un chant choral en plein air" mais il n’est pas précisé si le port du masque reste obligatoire.
Les chorales qui sont facultatives sont maintenues avec les mêmes conditions sanitaires mais il est proposé une réduction des effectifs avec "deux séances hebdomadaires par demi-groupes afin d’assurer une distanciation satisfaisante".
Il est également demandé aux professeur-e-s de prévoir "des outils de formation à distance". Il est ainsi demandé aux professeur-e-s de musique de travailler plus pour la mise en place d’un enseignement facultatif.

→ Restauration

Pour protéger au mieux et mettre en place ces recommandations, cela nécessite des personnels en plus : plus d’agent-e-s et plus d’AED.
Le passage au self plus long nécessite plus de personnels aussi bien pour l’élaboration des plats que pour le nettoyage et la désinfection :

Il est recommandé de :
• mettre en place plusieurs services
• dissocier les entrées et sorties
• agencer les élèves en quinconce afin de favoriser au mieux la distanciation physique
• de nettoyer et de désinfecter après chaque service.

À ces recommandations déjà difficiles à appliquer dans des locaux exigus, s’ajoute une liste de recommandations irréalisables sans moyens supplémentaires :

• « Limiter les offres alimentaires en vrac (pains, bars à salades, desserts, corbeilles de fruits, etc.) au profit d’un dressage à l’assiette et/ou au plateau pour éviter les manipulations (adapter les modalités de conditionnement le cas échéant) ;
• organiser le service individuel des plateaux et des couverts ;
• organiser le service de l’eau (utilisation de bouteilles d’eau, manipulation par un adulte respectant une hygiène des mains, mise à disposition de produits hydroalcooliques, etc.) ;
• proposer des plateaux ou repas à emporter (si possible en alternant pour les élèves les repas froids et les repas chauds) ;
• exploiter d’autres espaces que les locaux habituellement dédiés à la restauration ;
• augmenter la fréquence du nettoyage et de la désinfection des tables (après chaque repas par exemple). »

→ RÉCRÉATION

Durant la récréation, les élèves doivent porter un masque mais peuvent ne pas respecter la distance physique même si c’est recommandé. On préconise dans la mesure du possible de réduire les effectifs dans la cour de récréation et de privilégier les mêmes groupes à chaque récréation avec des récréations échelonnées.

Ces recommandations arrivent à quelques jours de la rentrée alors que les emplois du temps provisoires sont déjà constitués. Elles vont constituer un casse-tête insoluble pour les équipes de Vie scolaire.

→ L’internat

Un aménagement des chambres est prévu en respectant une distance d’un mètre. On recommande dans la mesure du possible de regrouper les élèves d’une même classe, d’un même groupe ou d’un même niveau dans les chambres, dortoirs et sanitaires.
La fiche invite à mettre en place des « rotations pour l’accès aux espaces collectifs (salles de bains, salle de restauration ou de vie commune) et à « renforcer la fréquence de nettoyage et de désinfection des locaux et des surfaces ».
L’analyse de SUD éducation

Les atermoiements du ministère ces derniers jours au sujet du port du masque se retrouvent dans la rédaction de ces fiches. Le port du masque est en effet obligatoire en classe, dans la cour et dans tous les déplacements mais il n’est plus obligatoire en EPS ni au réfectoire ou à la cantine. La distance physique est recommandée durant l’activité sportive mais n’est plus obligatoire durant la récréation.
La distanciation physique devient une variable d’ajustement alors qu’elle revêt dans le discours des professionnels de santé la même importance que le port du masque.
Sans moyens supplémentaires et sans personnels en plus toutes ces recommandations seront difficilement applicables. Qui plus est, avec une communication tardive et contradictoire, le ministre entretient et cultive les incertitudes. Le ministère fait peser sur les équipes la responsabilité de l’élaboration locale des mesures de prévention, ce qui ne peut manquer d’accroître le stress des personnels en cette rentrée difficile.

Pour rappel SUD éducation revendique la mise en œuvre d’un plan d’urgence dans l’éducation, qui permette notamment dans les plus brefs délais :

  • l’installation de points d’eau et de savons en quantité suffisante
  • des créations de postes massives, rendues possibles par le recrutement des candidat-e-s sur liste complémentaire, des admissibles aux concours, et la titularisation à temps plein des enseignant-e-s contractuel-le-s et des AESH afin de réduire les effectifs en classe ;
  • un plan de rénovation, agrandissement et construction de nouveaux écoles et établissements scolaires
  • renforcement pérennes des équipes la vie scolaire avec plus d’AED et de CPE

C’est en déployant les moyens nécessaires que les élèves et les personnels pourront rentrer en classe le plus nombreux possible en évitant au maximum les risques de fermeture.

PDF - 115.9 ko

Rentrée scolaire : le ministre face à un choc de réalité

Alors que le ministère de l’Éducation nationale a eu plusieurs mois pour se préparer à la rentrée de septembre, dont les deux mois de congés d’été et que ces derniers jours le ministre Blanquer pérorait dans les médias en indiquant que l’institution était prête, ce 31 août, les personnels ont pu constater l’étendue de l’impréparation. Les remontées de terrain de SUD éducation font état de très nombreux dysfonctionnements.

Les dotations d’État en masque ne sont pas arrivées dans les écoles et les établissements scolaires, et leur date de livraison demeure inconnue. Les enseignant-e-s ont hâte de retrouver les élèves dans cette période difficile et sont contraint-e-s de le faire sans matériel de protection mis à disposition par leur employeur. Face à cette gabegie, les établissements scolaires développent des stratégies locales. Certains établissements ont anticipé la faillite de l’administration en achetant des masques sur leur budget propre, privant les établissements de ressources nécessaires par exemple pour le matériel pédagogique. Dans bien des cas cependant, les personnels de direction agissent comme s’il n’était pas nécessaire d’en porter. Certains personnels de direction ont ainsi pu de manière fantaisiste prétendre que le port du masque n’est pas obligatoire en classe dès que l’on se situerait assez loin des élèves. Ils ont pu ainsi convoquer des réunions plénières avec des dizaines de personnels sans porter de masque.
Dans la plupart des écoles et établissements, les personnels en charge de l’entretien ne sont pas assez nombreux pour respecter les fréquences de nettoyages imposées par le protocole sanitaire dans les salles de classe. Il en va de même pour l’éducation physique, la restauration scolaire, la récréation.

Les suppressions de postes des dernières années et les fermetures d’établissement ou de classe et d’école conduisent à accueillir dans des locaux exigus des classes surchargées, ce qui rend d’autant plus difficile le respect des règles de distanciation physique, conjugué au refus du ministère de doter les élèves de masques.

Le ministre Blanquer porte directement la responsabilité du désordre annoncée de cette rentrée pour laquelle il faut déjà anticiper des fermetures partielles ou totales d’écoles ou d’établissements. Ce sont les élèves qui en paieront en premier le prix, alors qu’il est important que le plus grand nombre possible reprenne le chemin de l’école.

Depuis plusieurs mois, SUD éducation alerte sur les conditions sanitaires de la rentrée et revendique la mise en œuvre d’un plan d’urgence pour permettre d’accueillir le maximum d’élèves dans les conditions sanitaires permettant d’éviter les fermetures d’écoles et d’établissements et qui fassent sens sur le plan pédagogique. Le ministre Blanquer n’a rien fait. Il est urgent de mettre en œuvre dès maintenant les mesures nécessaires à une reprise qui commence sous les pires auspices.

PDF - 97.3 ko

Agenda

<<

2021

 

<<

Mai

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
262728293012
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31123456