Ca passe ou SAPAP ? Le point sur le SAPAP, un service académique qui semble de plus en plus actif

mercredi 24 mars 2021
par  SUD Education 92

Nous pouvons constater que ce service, anciennement nommé SARH, accompagne d’une manière tout à fait orientée et parfois néfaste pour les personnels concernés par des difficultés signalées le plus souvent par les chef-fe-s d’établissement.

C’est en réalité une structure qui est aux services des che-fe-s d’établissements pour les aider à gérer les personnels "qui posent problème".



Le SAPAP, Quésaco ?

Le SAPAP, Service Académique de Prévention et d’Accompagnement des Personnels est de plus en plus actif en matière de ce qui est présenté comme un accompagnement des personnels en difficulté. Ce service est également chargé d’accompagner les personnels dans les projets de mobilité et de fin de carrière.

Nous pouvons constater que ce service, anciennement nommé SARH, accompagne d’une manière tout à fait orientée et parfois néfaste pour les personnels concernés par des difficultés signalées le plus souvent par les chef-fe-s d’établissement.

C’est en réalité une structure qui est aux services des che-fe-s d’établissements pour les aider à gérer les personnels "qui posent problème".


Un accompagnement faussement bienveillant

En effet, le point de vue de la hiérarchie (inspecteur-rice-s, chef-fe-s d’établissements) est dans la plupart des cas considéré comme fondé et inattaquable, il ne sera pas remis en question même lorsque des erreurs évidentes de gestion ou de communication sont abordées.
C’est le personnel qui sera systématiquement regardé comme devant se conformer davantage aux attentes de sa hiérarchie.

La méthode d’accompagnement souvent utilisée est la suivante :
Un tutorat est souvent proposé, accompagné parfois par une proposition selon laquelle le personnel doit s’engager à vouloir devenir remplaçant ce qui permet à l’administration d’affecter provisoirement le personnel où bon lui semble. Il s’ensuit une série de rapports et de visites qui sont rarement favorables au personnel qui voit ainsi son dossier administratif se remplir d’éléments à charge.
Le tutorat lui-même peut servir d’élément à charge. Dans plusieurs cas, l’argumentaire de l’administration a été le suivant : "alors que la personne a bénéficié de la mise en place d’un tutorat, les problèmes persistent. C’est bien la preuve qu’il y a un problème chez cette personne et qu’elle est inapte à assurer son poste, les mesures prises à son encontre se justifient donc" !


Un accompagnement dérogatoire aux droits des personnels

Alors que dans une procédure disciplinaire, les droits des agent•e•s sont connus, peuvent être défendus, dans les procédures mises en place par le SAPAP il n’est est rien.
Ce qui est décidé l’est à la discrétion de l’administration et l’agent•e est poussé à s’y conformer sous la pression faussement bienveillante.
Si l’administration fait preuve d’arbitraire dans le cadre du SAPAP, le cadre mis en place étant moins juridiquement borné que dans une procédure disciplinaire, cela contribue grandement à ne pas pouvoir faire valoir de manière claire ses droits.


Notre recommandation principale : se faire accompagner

Nous conseillons donc aux personnels concernés de se faire accompagner lorsqu’ils ont à affaire à ce service.
Nous conseillons également de répondre point par point aux éléments qu’ils jugent tronqués ou erronés afin de ne pas laisser pour seules traces dans leur dossier administratif les accusations de manquement ou d’incompétence dont ils font l’objet.
Nous leur déconseillons d’accepter un tutorat ou de donner leur accord pour être sortis de leur poste.
Au mieux, il faut utiliser le mouvement pour se sortir d’un poste dans lequel la relation avec la direction d’établissement est devenue toxique.



Agenda

<<

2021

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
303112345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930123