Communiqué de presse des enseignants du lycée Maupassant de Colombes du lundi 3 février 2014

lundi 3 février 2014
par  SUD Education 92

Bien qu’il soit situé en zone d’éducation prioritaire, notre lycée subit une réduction de sa dotation prévisionnelle pour l’année 2014-2015 qui représente l’équivalent d’une perte de 6 postes d’enseignants sur l’établissement, alors que les prévisions d’effectifs restent stables par rapport à celles de l’année précédente. Concrètement, cela signifie une hausse importante du nombre d’élèves par classe – jusque là limité à 30 – la fin des heures en demi-classe en français, maths, histoire et la hausse des effectifs en langues… Bref, une détérioration considérable des conditions d’apprentissage des élèves ! De plus, la rentrée s’annonce précaire puisque la réserve dédiée aux ajustements en juin sur le 92 a déjà été largement entamée pour répondre à la mobilisation des enseignants. Si les moyens sont insuffisants sur le 92, c’est au ministère de prendre ses responsabilités et d’accorder une dotation supplémentaire !

Pour préserver les conditions de réussite de leurs élèves, les enseignants se sont mobilisés. Massivement en grève depuis déjà 10 jours, ils sont désormais rejoints par les parents d’élèves qui ont appelé à une journée collèges et lycées morts aujourd’hui lundi 3 février. Dès 7h30 ce matin, les parents ont bloqué l’entrée du lycée Maupassant (tout comme sur les collèges Moulin Joly et Gay-Lussac de la ville de Colombes). Aucun cours ne s’est tenu aujourd’hui. Ils renouvelleront leur action demain matin.

Demain, les enseignants et les parents d’élèves se rendront à la manifestation qui partira à 11h30 de Sèvres-Babylone pour se rendre devant le ministère de l’éducation nationale, rue de Grenelle, où une délégation demandera à être reçue par Monsieur le ministre.

A 16h, les enseignants du lycée Maupassant - soutenus par les parents - organisent un happening sur le parvis de la gare Saint-Lazare : une pièce de théâtre burlesque présentant les difficultés posées par la dégradation des conditions d’enseignement.

Nous resterons mobilisés tant que nous n’aurons pas obtenu les moyens nécessaires pour assurer à nos élèves des conditions d’apprentissage satisfaisantes !