La grève se poursuit et s’étend : l’union fait la force

mardi 21 janvier 2014
par  SUD Education 92

Les enseignants des collèges Edouard Manet et Georges Pompidou de Villeneuve-la-Garenne (92390) ont été rejoints par les collèges Marguerite Duras et Gay Lussac de Colombes, Guy Moquet de Gennevilliers, Jean Macé et Jean Jaurès de Clichy et le Paul Eluard de Nanterre et le lycée Galilée de Gennevilliers. Tous ces établissements protestent contre la baisse scandaleuse des moyens attribués à l’éducation prioritaire dans les Hauts-de-Seine.
Ils seront tous en grève jeudi 23 janvier et appellent au rassemblement à 12h00 devant l’inspection académique à Nanterre. Ils exigent l’augmentation des moyens alloués comme annoncé par le Ministre et appellent les autres établissements à s’unir à leur mouvement.

A l’heure où le Président de la République et son ministre de l’Education, annoncent des moyens sans précédent consacrés à l’Education prioritaire, les enseignants de ces collèges classés ZEP, viennent d’apprendre la perte importante de moyens dans les dotations de leurs établissements pour la rentrée 2014.

De même, en mars 2012, le collège Manet avait reçu le soutien de François Hollande et de Vincent Peillon, qui s’étaient rendus, en personne, dans l’établissement, et qui avaient déploré cette perte sèche en s’engageant devant la presse à agir une fois au pouvoir.

François Hollande avait alors déclaré qu’il fallait « plus de moyens, plus de ressources, plus d’enseignants dans les zones défavorisées. Car [son] objectif n’est pas seulement de lutter contre l’échec. C’est aussi de permettre aux enfants d’atteindre l’excellence ». Il s’était au passage insurgé contre la baisse de moyens, s’étonnant que « là où on devrait avoir plus d’heures de soutien, on coupe des moyens ! », rappelant que l’engagement qu’il avait pris des « 60000 postes » servirait les zones défavorisées, en particulier par le maintien des moyens dévolus à la pédagogie.

Un tour rapide de la situation des dotations dans les Hauts-de-Seine fait apparaître que sur 31 établissements classés « Education prioritaire », 27 perdent des moyens.

Les enseignants ne peuvent que constater le décalage total entre ce discours sur l’éducation prioritaire, qui fait logiquement écho aux propos tenus le 15 janvier 2014 par notre Ministre, et la politique concrète que nous subissons aujourd’hui sur le terrain.

Les enseignants mobilisés de Collèges Manet et Pompidou de Villeneuve-la-Garenne