Les enseignants du collège Édouard Manet de Villeneuve-la-Garenne ont déclenché un mouvement de grève reconductible le lundi 20 janvier, suivi à plus de 90%.

lundi 20 janvier 2014
par  SUD Education 92

Les enseignants du collège Edouard Manet de Villeneuve-la-Garenne (92390) ont déclenché un mouvement de grève reconductible le lundi 20 janvier, suivi à plus de 90 %.

A l’heure où le Président de la République et son ministre de l’Education, annoncent des moyens sans précédent consacrés à l’Education prioritaire, les enseignants du collège Edouard Manet de Villeneuve-la-Garenne, classé ZEP et Zone Violence, viennent d’apprendre la perte de 56 heures dans la dotation de leur établissement pour la rentrée 2014 (soit une perte équivalente à deux, voire trois classes), malgré la stabilité de ses effectifs.

Cette situation est en contradiction totale avec les besoins de ce collège, qui, de plus, a connu, à l’automne dernier, de graves faits de violence ayant entraîné l’exercice d’un droit de retrait, suivi de la mobilisation de l’ensemble de la communauté éducative.

La rentrée 2012 a été pour l’ensemble des personnels du collège l’une des plus difficiles à assurer en raison d’une Dotation horaire globale (DHG) en baisse de 33 heures, décidée sous le mandat de Nicolas Sarkozy. À cette occasion, nous avions même reçu le soutien de François Hollande et de Vincent Peillon, qui s’étaient rendus, en personne, dans notre établissement le 6 mars 2012, et qui avaient déploré cette perte sèche en s’engageant devant la presse à agir une fois au pouvoir.

François Hollande avait alors déclaré qu’il fallait « plus de moyens, plus de ressources, plus d’enseignants dans les zones défavorisées. Car [son] objectif n’est pas seulement de lutter contre l’échec. C’est aussi de permettre aux enfants d’atteindre l’excellence ». Il s’était au passage insurgé contre la baisse de moyens, s’étonnant que « là où on devrait avoir plus d’heures de soutien, on coupe des moyens ! », rappelant que l’engagement qu’il avait pris des « 60000 postes » servirait les zones défavorisées, en particulier par le maintien des moyens dévolus à la pédagogie.

Un tour rapide de la situation des dotations dans les Hauts-de-Seine fait apparaître que sur 31 établissements classés « Education prioritaire », 27 perdent des moyens.

Les enseignants ne peuvent que constater le décalage total entre ce discours sur l’éducation prioritaire, qui fait logiquement écho aux propos tenus le 15 janvier 2014 par notre Ministre, et la politique concrète que nous subissons aujourd’hui sur le terrain.

En conséquence, les enseignants du collège Edouard Manet ont déclenché un mouvement de grève reconductible le 20 janvier 2014.

Les enseignants grévistes
du collège Édouard Manet de Villeneuve-la-Garenne.