LE COLLECTIF DES NON-TITULAIRES D’ÎLE DE FRANCE

vendredi 10 juillet 2009
par  SUD Education 92

Collectif qui s’est créé à la rentrée 2004, regroupant
principalement des contractuels et des vacataires
enseignants, soutenu par la CNT, SUD éducation et
la CGT éduc, le CDNT d’Île de France a permis de
relancer, avec d’autres collectifs de précaires à travers
la France, le débat sur la précarité dans l’Éducation
nationale. En effet, le recours à la contractualisation
et la vacation s’est développé au fur et à mesure du
temps, créant un nouvel espace de précarité longtemps
resté dans l’ombre.
Revendiquant le réemploi immédiat de tous les
personnels non titulaires, ? le refus des vacations, le
paiement immédiat du chômage, et surtout ? la titularisation
sans conditions, le CDNT a largement contribué
à dénoncer la façon dont l’État traite certains de
ses salariés et à rendre visible le scandale de la précarité
au sein du système éducatif : mise au chômage
massive, gestion inhumaine des non titulaires, inégalités
de traitement entre titulaires et non
titulaires…etc.
Le CDNT s’est aussi fait remarquer grâce à ses
actions, dont certaines ont été particulièrement
médiatiques, notamment le campement devant le
rectorat de Créteil qui débuta le 17 octobre 2004 et
qui durera plusieurs mois. Des présences régulières en manifestations, l’occupation de
rectorats, l’interpellation des politiques (notamment De Robien), des articles et reportages
dans les médias témoignent de l’activité de ce collectif.
Le CDNT d’Île de France a participé à la création d’une coordination nationale des non
titulaires et a cherché à étendre son champ d’action, en particulier sur les problèmes de
chômage.
L’activité du collectif s’est aujourd’hui considérablement ralentie du fait de la difficulté
à mobiliser en nombre suffisant les non titulaires, mais surtout à atteindre des personnels
que l’Éducation nationale peut faire disparaître du jour au lendemain.