Tous.tes en grève et en assemblée générale le 14 novembre contre la réforme des rythmes, pour une école émancipatrice

lundi 4 novembre 2013
par  SUD Education 92

TOUS EN GREVE ET EN ASSEMBLEE GENERALE
LE JEUDI 14 NOVEMBRE !

contre la réforme des rythmes,
pour des postes,
pour une école émancipatrice

La réforme des rythmes scolaires va à l’encontre de l’intérêt des personnels des écoles et
des élèves. Les conséquences que nous avons dénoncé dès le début sont confirmées par
l’expérience.

C’est une véritable catastrophe : territorialisation de
l’école, inégalités territoriales criantes, augmentation du
temps de présence dans l’école (avec éventuelle
impossibilité d’utilisation de la classe), frais de transport
et de garde en plus, flexibilité du temps de travail des
enseignants...

En faisant glisser les missions d’enseignement de l’éducation nationale vers les
communes, la réforme aggrave les inégalités territoriales déjà existantes ; elle crée aussi
une confusion entre activités scolaires et périscolaires (locaux, activités…) et cause de
nombreux problèmes de sécurité.

Le coût de la réforme est très important, il se chiffre en centaines de milliers d’euros. Une
partie de la journée de classe, via les temps péri-éducatifs est, partout où le décret
s’applique, à la charge des communes. Qui va payer ? Inévitablement ce seront les
usagers, soit directement, avec des activités payantes, soit indirectement, avec les impôts
locaux. Ici ou là des municipalités ont mis en place des activités uniques payantes, c’est
une remise en cause de la gratuité scolaire.

Les dispositifs sont différents d’une commune à l’autre voire parfois au sein d’une même
commune lorsque l’on fait appel à des associations qui ont des moyens. C’est dessin ici,
rassemblement dans la cour, ailleurs goûter prolongé ou encore atelier payant de danse
dans certains endroits huppés.

Quel est le bilan ?
— pour les enseignants, un élargissement de la semaine de travail, sans que le salaire
ne soit modifié, avec des coûts supplémentaires de transports, et, pour nombre
d’entre eux, de garde d’enfants ; cela entraînera si l’on n’y met pas un terme un
accroissement des amplitudes horaires et des postes avec des coupures ;

— pour les élèves, plus de fatigue, car plus de temps de présence en structures
collectives ; de multiples intervenants saucissonnant les projets pédagogiques et
les rendant illisibles ;

— pour les personnels municipaux, une remise en cause non concertée des horaires
de travail, des profils de postes, de la nature des activités du mercredi ; en
particulier, les animateurs ont leurs conditions de travail aggravées par l’application
dérogatoire du décret « jeunesse et sport ».

A cela s’ajoute une rentrée catastrophique due à des créations de postes très largement
insuffisantes : trop d’élèves par classe, manque grave de remplaçants, d’enseignants
spécialisés etc.

Le Ministère annonce la création de 8 804 équivalents temps plein (ETP) l’an prochain.
Mais l’essentiel de ces créations est consacré à la restauration d’une année de stage pour
les enseignant-e-s. En créations de postes hors formation initiale, il y a en tout et pour tout
350 postes d’AVS, 150 postes de personnels médicaux-sociaux et 240 emplois
d’enseignant-e-s titulaires. En divisant ces chiffres par le nombre de départements (101)
on peut mesurer la réalité de cette prétendue politique de « priorité à l’éducation » et de
« refondation de l’école » sur le terrain. Selon le Ministère lui-même, moins de 22 000 ETP
auront été recréés de 2012 à 2014. Et encore, ces chiffres masquent le fait que beaucoup
de ces postes correspondent à des emplois précaires, à temps partiels et sous-payés.
A cela s’ajoute la réforme des retraites qui va encore faire baisser nos salaires net ainsi
que le montant de nos pensions et nous faire travailler plus longtemps, le rattrapage.

Nous en avons assez de ce mépris.

Tous en grève le 14 novembre à l’appel des Fédérations SUD Education, CGT
Educ’action, SNUDI F0 pour arrêter et revenir sur ces attaques contre nos conditions
de travail et de vie !

Reprenons la voie des conquêtes sociales !

Assemblée Générale de grève le 14 novembre à
partir de 9h à la Bourse du travail de Gennevilliers

SUD Education 92
CGT Educ’action 92


Documents joints

PDF - 95.6 ko
PDF - 95.6 ko