La réforme des rythmes pour les remplaçants : annualisation du temps de travail et casse des statuts

lundi 23 septembre 2013
par  SUD Education 92

Avec la réforme des rythmes, d’une
commune à l’autre voir sur une même
commune, les écoles fonctionneront
sur des rythmes différents.

L’administration sera donc amenée à
faire pression sur les remplaçant-es
qui interviennent sur plusieurs communes
ou dans des communes avec
des écoles à rythmes alternés, en les
faisant travailler au delà des 24 heures
hebdomadaires et en compensant
plus tard les heures supplémentaires.

Cela revient à annualiser le temps de
travail, ce qui est contraire au statut
des enseignant-es . C’est d’ailleurs, ce
qu’a décidé de faire le DASEN de la
Seine-Saint-Denis dans les 5 communes
qui mettront en place la
réforme des rythmes à la rentrée.

Il
annualise la totalité du temps de travail
des enseignant-es pour permettre
une plus grande flexibilité des ZIL et
des Brigades et des enseignant-es en
postes fractionnés.

En effet pour lui, c’est la soit disant nécessité de
continuité du service Public qui
prime sur les statuts !

Avec la réforme des rythmes et c’est
bien la casse des statuts des enseignant-
es qui est programmée dans
une logique de compensation des
charges de travail supplémentaires et
des responsabilités accrues.

La flexibilité est une grave dégradation de nos conditions de vie et de travail.