La retraite est un droit

dimanche 8 septembre 2013
par  SUD Education 92

La retraite est un droit !
Mobilisons-nous !
C’est un enjeu d’avenir.

Partout, les gouvernements mènent des
politiques d’austérité qui approfondissent les
inégalités et jettent les populations dans le
mur. Ils veulent nous imposer le chômage ou la
précarité comme seules issues possibles. Cette
situation n’est pas le fait des jeunes, des
salariés, des chômeurs... qui souffrent et
payent une crise dont ils ne sont pas
responsables.

Quand les gouvernements renoncent face au
MEDEF et aux marchés financiers, cela renforce
l’agressivité de la droite et de l’extrême droite,
qui ont défilé côte à côte contre le mariage
pour tous. Et c’est dans ce contexte qu’un
militant d’extrême droite a assassiné le jeune
Clément Meric. Nous ne leur laisserons ni la
rue, ni le terrain des idées.

Colère, mécontentement, résignation, défiance
se mêlent dans la population. Il y a urgence à
faire converger les luttes, à rassembler celles et
ceux qui refusent ces politiques d’austérité et
aspirent à une vie meilleure, à une autre
société.

Le gouvernement vient d’annoncer une
nouvelle réforme des retraites, préconisant les
mêmes recettes que les gouvernements
précédents. Recettes qui ont accéléré
chômage, précarité, pauvreté.

Le gouvernement a avancé un calendrier éclair
pour éviter toute contestation sociale.

Même recette, même échec…

Faut-il travailler plus longtemps quand on vit plus longtemps ? C’est la thèse défendue ces
dernières années par la droite, le Medef et qu’a reprise à son compte François Hollande, la mesure
la plus juste a-t-il asséné !

Cette voie n’est pas acceptable, elle poursuit les différentes réformes déjà mises en oeuvre depuis
1993 et qui ont toutes entraînées une perte de pouvoir d’achat des pensions, un recul de l’âge effectif
de départ, des difficultés accrues pour des millions de retraités et l’aggravation des inégalités déjà
fortes entre les pensions des femmes et celles des hommes.

Ces réformes ont montré leur faillite puisqu’une nouvelle réforme est présentée comme indispensable.

Le chômage, la précarité font qu’il est de plus en plus difficile d’espérer partir avec une retraite à taux
plein. Jamais le patronat n’a bénéficié d’autant d’exonérations. Le recul de l’âge de départ, tant
attendu par le MEDEF, et l’allongement du nombre d’années de cotisations ne feraient qu’aggraver la
situation.

Reculer l’âge de départ en retraite, c’est aggraver le chômage des jeunes.
- En 2012, la barre des 25% de chômage pour les moins de 25 ans a été franchie.
- En moyenne, c’est à 27 ans qu’un jeune obtient un premier CDI et quitte le foyer familial. Les contrats
intérim et CDD sont devenus la norme pour la première embauche, et cela dure sur plusieurs années.

JOURNÉE DE MOBILISATION LE 10 SEPTEMBRE
MANIFESTATION 14H00
PLACE DE LA REPUBLIQUE - PARIS

Les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère....

On nous dit que l’augmentation de l’espérance de vie justifie une augmentation de la durée
de cotisation. Mais l’espérance de vie en bonne santé, elle, n’augmente pas.
Les années gagnées en espérance de vie doivent permettre
d’augmenter le temps de la retraite.

Un recul de l’âge de la retraite, ainsi que le passage à 43 annuités de cotisation, auraient des
conséquences néfastes sur l’espérance de vie en bonne santé... et sur l’espérance de vie tout
court.

Plus on augmente le nombre d’annuités, plus le
nombre de séniors sur le marché du travail grandit.
Mais les entreprises n’embauchent pas au-delà de 50
ans, et lorsqu’elles le font, c’est la précarité qui
domine.

Dans le même temps, les jeunes galèrent : ils ont du mal à
trouver un logement décent, un travail stable et bien
rémunéré. Augmenter le nombre d’annuités, c’est aussi
repousser l’entrée des jeunes dans le monde du travail.

Les retraites : un choix politique

D’autres solutions existent !

Alors que la France n’a jamais été aussi riche, la répartition n’a jamais été aussi inégale. Nous avons
pourtant les moyens de garantir à tous les moyens de vivre, de travailler ainsi que de profiter d’une
retraite digne. C’est donc un choix politique clair que fait le gouvernement : demander toujours plus aux
salariés plutôt que de s’attaquer au patronat et aux marchés financiers.

Le déficit des caisses de retraites s’élève 4,8 milliards d’euros (selon le ministère de l’économie) est
alimenté par les exonérations de cotisations sociales. Cette année, le patronat a reçu comme cadeau 30
milliards d’€ d’exonération de cotisations patronales selon la Sécurité sociale. C’est donc un choix
politique clair qu’il faut faire pour faire vivre cet acquis social.

La défense du droit à une vraie retraite pour tous, cela signifie partager les richesses et en finir avec les
politiques d’austérité !

Préparons la mobilisation contre cette réforme

Le gouvernement veut faire adopter son projet de régression sociale dès la rentrée.

L’heure est donc au débat, à l’argumentation et la mobilisation

Le Collectif 92 pour la défense des Retraites et contre l’Austérité : Solidaires, SUD Education, SUD PTT, SUD Rail, FSU, NPA, PG, GC, PCF, JC


Documents joints

PDF - 1 Mo
PDF - 1 Mo