Pour le changement : seule la lutte paie

jeudi 13 juin 2013
par  SUD Education 92

Tou-te-s ceux-celles qui ont cru à un profond changement doivent se faire une raison : le gouvernement ne rompt pas avec les politiques précédentes.

Il y a une grande continuité dans la volonté d’adapter l’école à l’économie aux intérêts du patronat (économies budgétaires, soumission aux marchés, rentabilité…).

La programmation budgétaire est très insuffisante ; elle ne permettra pas de recréer les 80 000 postes supprimés dans l’éducation nationale ces dernières années, alors qu’il en manquait déjà avant.

Les salaires n’augmentent pas, le niveau de vie diminue, les retraites sont menacées et les conditions de travail continuent de se dégrader pour les élèves et les personnels.

La plupart des contre-réformes mises en place par la droite sont maintenues : le livret de compétences et le socle commun pour le primaire et le collège, le bac pro en trois ans, la réforme du lycée général et celle du lycée technologique.

Dans le primaire, le fichage par base-élèves se poursuit, le service minimum d’accueil et l’obligation de déclaration préalable également.

Les politiques en faveur de l’école privée ne sont pas remises en cause. La précarité n’est pas combattue ; elle est au contraire accentuée avec les Emplois d’Avenir Professeur et les Assistants de Prévention et de Sécurité.

L’acte 3 de la décentralisation se met en place avec un pouvoir accru des collectivités territoriales, la régionalisation de l’orientation, des enseignements professionnel et supérieur.

La répression syndicale continue.

Tout reste à faire et pour faire changer les orientations gouvernementales, il faut se mobiliser et lutter tou-te-s ensemble, toutes catégories de personnels confondues.


Documents joints

PDF - 59.7 ko
PDF - 59.7 ko