Retraites : Hollande relance les hostilités. Ripostons !

mercredi 28 août 2013
par  SUD Education 92

Dans ses récentes interventions, Hollande a confirmé l’accentuation de la politique de cadeaux au patronat et d’austérité pour la majorité de la population. Il a aussi annoncé de nouvelles attaques contre les retraites, avec une augmentation ,de la durée de cotisation nécessaire pour avoir une retraite à taux plein et la désindexation
des pensions sur l’inflation.

Quel "changement" par rapport à la campagne présidentielle ("Mon ennemi, c’est la finance") ?

En clair, c’est la baisse des pensions de retraites pour toutes et tous qui est programmée !

Augmenter la durée de cotisation, c’est diminuer les pensions

Même le Conseil d’Orientation des Retraites, l’organisme de référence des gouvernements
successifs qui prône sans cesse de nouvelles régressions, affirme que l’augmentation du nombre d’annuités exigibles ne modifie pas la durée réelle de cotisation, qui restera en moyenne de 37 ans. Avec une nouvelle augmentation de la durée de cotisation nécessaire pour avoir droit à un taux plein, le taux de remplacement effectif serait encore en baisse. Ce phénomène serait amplifié par des décotes encore plus importantes, les femmes étant les plus touchées. Les futurs retraité-e-s partiraient donc avec des retraites plus faibles, et
ce même si le gouvernement ne touche pas, comme le promet Ayrault, à “l’âge légal" de départ à la retraite fixé à 62 ans.

Désindexer les retraites, c’est diminuer les pensions

L’indexation des niveau de retraites sur l’inflation permet aujourd’hui de maintenir à peu près le niveau de vie des retraité-e-s : les pensions sont automatiquement augmentées en fonction de l’évolution des prix. La désindexation signifierait que les pensions de retraites, si elles augmentent, augmenteraient moins vite que l’inflation. Autrement dit, en valeur, les pensions diminueraient.

Il faut préparer une lutte d’ensemble de grande ampleur

Nous ne pouvons compter que sur nos mobilisations pour stopper la spirale sans fin des régressions sociales et imposer des alternatives. La question des retraites touche l’ensemble des salariée- s, du public et du privé, avec ou sans emploi, précaires ou statutaires. Il faut préparer un mouvement interprofessionnel majeur, un affrontement central avec le patronat, les pouvoirs financiers, et les gouvernements qui veulent continuer à nous faire payer une crise du capitalisme dont nous ne sommes nullement responsables.

SUD éducation, avec l’Union Syndicale Solidaires, y mettra toutes ses forces.


Documents joints

OpenDocument Text - 39.2 ko
OpenDocument Text - 39.2 ko
PDF - 109.6 ko
PDF - 109.6 ko