Refondation = régression !? On ne marche pas !!! à ce rythme là...

mercredi 5 décembre 2012
par  SUD Education 92

Refondation = régression !?
ON NE MARCHE PAS !!!
à ce rythme là...

« Les professeurs, ce sont quand même les seuls (…) à qui on va demander de travailler 40 jours de plus par an sans les
payer davantage », dixit Vincent Peillon, lors de l’émission « Tous politiques » dimanche 14 octobre 2012 sur France
Inter.

Nous voulons travailler moins et gagner plus !

Pour une véritable et significative réduction du temps de travail des personnels

Avec une demi-journée voire une journée (avec les concertations et animations
pédagogiques), le mercredi, de travail supplémentaire, les conditions de travail des
enseignants risquent de se dégrader énormément. C’est au contraire d’une véritable et
significative réduction du temps de travail dont ils ont besoin. Pour une école du bien-être
pour tous, il leur faut pouvoir exercer leur travail en toute sérénité.

Il faut déconnecter le temps de présence des élèves de celui des professeurs. Les élèves ne
doivent pas avoir moins d’école. Aide personnalisée, bac pro 3 ans etc., beaucoup d’heures
voire d’années d’enseignement ont été enlevées aux élèves pour supprimer des postes.

Les
enfants ont droit à l’école.

Les personnels qui s’occupent des enfants l’après-midi doivent
avoir le meilleurs statuts possibles en terme de sécurité de l’emploi, temps de travail, salaire
etc.

Pour l’augmentation des salaires

Même l’OCDE, officine ultra-libérale, est obligée
de constater que le salaire moyen des enseignants
français du primaire et du secondaire est inférieur
à la moyenne des pays développés. Elle note ainsi
qu’en pourcentage du PIB, le salaire des
enseignants entre 2000 et 2009 a diminué dans la
plupart des pays, et la France fait partie de ceux
où la baisse est la plus importante.

Le salaire des enseignants baisse énormément :
hausse des retenues, gel du point d’indice, jour de
carence. Le porte-monnaie en prendra un coup si
les enseignants doivent enseigner le mercredi avec
ce que cela implique de frais de garde d’enfant et
de transports. Il est urgent d’augmenter les
salaires !

Contre la tutelle des
collectivités territoriales

Une partie du service pourrait
être, selon le ministère,
organisée et rémunérée par
les collectivités, avec des
accords locaux et des projets
éducatifs locaux. SUD
Education, syndicat
intercatégoriel, a constaté le
désastre causé par la double
tutelle « éducation
nationale /collectivités
territoriales » chez les agents
techniques des collèges et
lycées. Il la dénonce et refuse
qu’elle soit appliquée chez les
enseignants du premier degré.
Une réforme du temps de
travail a des conséquences
pour tous les personnels. SUD
Education revendique de
meilleures conditions de
travail, titularisation,
rémunération etc. pour tous :
enseignants mais aussi AVS,
EVS, ATSEM etc.


Pour une école émancipatrice

L’école doit proposer aux enfants
d’apprendre avec joie et sérénité.

Elle doit
défendre les valeurs d’entraide et de coopération
et les pratiquer.

L’accent mis aujourd’hui sur les
objectifs, les résultats, la sélection, le pilotage et
management par l’éducation nationale, la
logique de l’approche par compétence (socle
commun) dans son ensemble doit être
combattue sans concession, avec tout le
dispositif qui l’accompagne comme l’aide
personnalisée (même sous un autre nom), les
évaluations nationales etc..

La Grève pour gagner

Pour gagner sur nos revendications SUD
Education considère que l’arme est la
grève. Le syndicat dénonce toute atteinte
à ce droit et revendique l’abrogation de la
loi sur le Service Minimum d’Accueil.

UNE SEULE SOLUTION : LA
MOBILISATION !

➔ pour une vraie et significative réduction du temps de travail
sans annualisation,

➔ pour des augmentations de salaires,

➔ contre toute tutelle des collectivités territoriales,

➔pour une autre école dans une autre société !

SUD Education 92


Documents joints

PDF - 102.7 ko
PDF - 102.7 ko