Appel à se mobiliser le 14 novembre de la section syndicale SUD Education de l’université Paris-sud

vendredi 9 novembre 2012
par  SUD Education 92

Suite à l’appel conjoint des syndicats d’Espagne et du Portugal, la Confédération Européenne des Syndicats (CSE, voir à la fin pour des informations complémentaires) appelle à une « euromobilisation pour l’ensemble des pays européens contre les politiques d’austérité » le 14 Novembre (appel unitaire en France par CGT, CFDT, FSU, Unsa et Solidaires).

Ailleurs en Europe :

- Portugal : la GTP, principal syndicat, a lancé un appel à la grève générale « contre l’exploitation et l’appauvrissement ».

- Espagne : appel à la grève générale, par les deux principaux syndicats CCOO et UGT, soutenus par 150 organisations formant le « sommet social »

- Grèce : appel à la grève générale initié par la GSEE, principal syndicat du privé

- Italie : la CGIL appelle à un arrêt de travail généralisé de 4 heures « pour le travail et la solidarité contre l’austérité ».

- Belgique : la CGSP (services publics) appelle à la grève.

- Des appels à la grève générale sont également lancés à Chypre et à Malte.

Sud Éducation se joint à cette journée et appelle à la grève. Une seule journée ne suffira pas pour inverser le rapport de force face aux apôtres et profiteurs des plans de rigueur : les gouvernements (de droite comme de gauche) et les grands groupes financiers et industriels. Mais une telle journée européenne, si elle était une réussite, serait un premier pas vers une convergence européenne des populations pour empêcher la catastrophe que le capitalisme nous promet pour demain.

La Grèce n’est en effet que le pays le plus avancé dans la crise provoquée par la dégénérescence spéculative du capitalisme. L’Espagne, le Portugal, l’Italie sont au bord du même gouffre, et la France en est très proche.

Cette crise du système capitaliste est le prétexte dans tous les pays européens pour s’attaquer aux services publics et aux droits sociaux. Les mesures d’austérité ne font qu’empirer la crise et jettent des millions de personnes dans la misère et l’angoisse. Elles provoquent licenciements et précarisation des conditions de travail tant dans le privé que dans le public. En Grèce, laboratoire de cette politique d’austérité, la situation est catastrophique accompagnée d’une montée en puissance du parti néonazi "Aube dorée".

En France, le gouvernement socialiste ne parle plus de « changement » car il applique consciencieusement toutes les mesures antisociales favorables aux grands groupes financiers et industriels. Nous ne pouvons compter que sur nos propres forces, comme dans les autres pays européens. Au Portugal, en Espagne, en Grèce, en Italie, il y a eu ces dernières semaines de très fortes mobilisations contre l’austérité. Le 14 novembre est une étape dans le rapport de force que nous imposent les différents gouvernements.

Saisissons nous de cette date pour rejoindre la dynamique des luttes européennes.

Manifestation le 14 novembre à Paris, départ à Montparnasse (place du 18 juin) à 14h

La section de Sud Éducation de l’Université Paris Sud

Pour information : SOLIDAIRES (dont Sud Éducation est membre) n’appartient pas à la CSE qui regroupe en France la CFDT, la CFTC, la CGT, FO, la FSU et l’UNSA. SOLIDAIRES est très critique sur certaines prises de position de la CSE, notamment celle d’accepter le traité de Lisbonne (2007) qui a ratifié le traité européen malgré le référendum qui l’avait rejeté deux ans auparavant. Cependant, ces divergences ne nous empêchent pas de participer de façon unitaire aux mobilisations avec les autres syndicats. SOLIDAIRES appartient par ailleurs au Réseau syndical alternatif européen qui appelle aussi à la mobilisation pour le 14 novembre.