Rythmes scolaires : les professeurs des écoles et instituteurs ne veulent pas être les dindons de la farce !

mardi 23 octobre 2012
par  SUD Education 92

Il faut des augmentations de salaires
et une baisse du temps de travail .

Les dernières annonces de Vincent Peillon en matière de réforme des rythmes scolaires sont inacceptables.

Avec l’augmentation du temps d’enseignement devant la classe et le mercredi matin travaillé : les professeurs des écoles seraient les sacrifiés de la « refondation » qui se prépare.

Pour SUD Education 92, ce projet est un véritable scandale !

La semaine continue (mercredi travaillé), revient, à cumuler les méfaits de la semaine de 4 jours (coupure du week-end ) avec ceux d’une semaine lourde, sans coupure.

Cette augmentation de la charge de travail des enseignants des écoles constituerait une nouvelle dégradation des conditions d’exercice du métier et impliquerait une perte de pouvoir d’achat (frais de déplacement et de garde en plus, etc...).

Pour SUD Education 92, les enseignants ont besoin d’une réduction du temps de travail pour pouvoir exercer leur métier dans de meilleurs conditions. Il faut aller vers un alignement sur les 18h d’enseignement du second degré. Ce temps doit être utilisé d’une manière qui convienne tant aux élèves qu’aux enseignants. Il faut en finir avec l’évaluationnite, l’autoritarisme de certains chefs, les notions de « gouvernance, pilotage, management etc. », le fichage et le flicage. Il faut aller vers une école émancipatrice, créative, vivante, laïque, populaire et critique.

Pour Sud Education une reforme en profondeur des rythmes scolaires passe par :

- Le respect de tous les acteurs de l’école (enseignants, élèves, familles, agents territoriaux…)

- Une réduction significative de la journée d’école pour les enseignants

- La réduction de temps de service global pour les Professeurs des Ecoles et Instituteurs : vers un alignement sur les 18h d’enseignement du second degré.

- L’abrogation des programmes de 2008 .

- Des améliorations en matière d’effectifs, d’aides spécialisées aux enfants en difficultés.

- Une revalorisation salariale significative.

SUD Education 92 appelle les personnels à se réunir et à se mobiliser pour exiger du gouvernement des augmentations de salaires, une baisse du temps de travail ainsi que la liberté pédagogique.

Il faut se battre pour une autre école et une autre société :
de bien-être et de liberté.

SUD Education 92


Documents joints

PDF - 194.9 ko
PDF - 194.9 ko