Solidarité interprofessionnelle pour gagner

lundi 30 juillet 2012
par  SUD Education 92

SUD Education est membre de l’Union Syndicale Solidaires. Au niveau local, la construction de solidarités entre militants peut se révéler déterminante pour mener des luttes victorieuses.

Mi-janvier, les facteurs de Nanterre se sont mis en grève majoritairement contre la suppression de 4 tournées et de 6 postes de travail, avec des conséquences faciles à imaginer : distribuer la même quantité de courrier en étant moins nombreux, et de restructuration en restructuration du courrier distribué de plus en plus tard, plus forcément tous les jours et par des personnels différents… Devant le refus obstiné de la part de la direction d’ouvrir de véritables négociations, les grévistes ont été contraints de reconduire leur mouvement sur une durée de plusieurs jours. En outre, la direction de la Poste ne fait pas de cadeaux : elle recourt à des huissiers, elle cherche à casser la grève en payant des remplaçants qui ne sont pas correctement formés, elle n’hésite pas à opérer des retenues de salaires alors que les facteurs ont une très faible rémunération.
50 jours plus tard, la grève s’est étendue : des représentants de SUD, de la CGT, des non-syndiqués sont impliqués dans un conflit qui touche désormais 5 communes : Nanterre, Malakoff, Vanves, Montrouge, Fontenay-aux- Roses. La solidarité et la caisse de grève avaient déjà permis de limiter le poids des sanctions financières. Juges, flics, compagnies privées de sécurité, dirigeants des différents services de La Poste se coalisent contre les grévistes, sans faire de détails.

Les réorganisations et les restructurations que connaît aujourd’hui La Poste ne sont que la répétition de ce qui s’est passé par exemple à France Telecom et la préparation de ce qui se profile pour d’autres services publics (Fonction Publique Hospitalière, Education Nationale, Culture...) avant une probable privatisation partielle ou complète.

C’est seulement après une grève de plus de 60 jours que les collègues postiers obtiendront satisfaction de leurs revendications. Un conflit d‘une telle durée n’aurait évidemment pas été possible sans la constitution d’une caisse de grève et de nombreuses collectes auprès des collègues auxquelles SUD Education a largement contribué.