Encore un nouveau bricolage des inspecteurs pour pallier au manque de remplaçants !

vendredi 3 février 2012
par  SUD Education 92

Après les suppressions de postes et la mise en œuvre de la masterisation, la situation des remplacements sur le département est catastrophique ! Elle ne cesse d’empirer !

Les missions des titulaires remplaçants ne sont plus respectées, ces personnels ne peuvent plus exercer en toute sérénité. Des formations continues sont interrompues. Des professeurs sont culpabilisés voire discriminés d’être malades ou handicapés. Les enseignants n’en peuvent plus d’accueillir trop d’enfants dans leur classe parce que d’autres ne sont pas remplacés. Cela nuit aux apprentissages voire à la sécurité de tous.

Pour pallier les absences non remplacées, voici la nouvelle « réponse » apportée par certains IEN : envoyer des enseignants ayant fonction de poste de soutien sur des missions soi-disant temporaires de ZIL.

Il faut rappeler qu’un poste surnuméraire est un poste classe transformé par choix pédagogique d’équipe en poste de soutien. Ces postes sont indispensables au fonctionnement des écoles, il est inacceptable que l’administration les considère comme plus « malléables » au motif qu’ils ne sont pas devant un groupe classe !

Les IEN n’hésitent plus à contacter les enseignants sur leur téléphone personnel, à menacer d’envois d’ordres de mission, à faire pression individuellement sur les collègues afin de les pousser à accepter ces missions de remplaçants.

Sud Education 92 rappelle aux collègues que les changements d’affectation ne peuvent émaner que de l’Inspecteur d’Académie via un ordre de mission qui doit être dûment motivé par des raisons de nécessité de service clairement explicitées. Sans cet ordre de mission écrit, les enseignants ne sont pas tenus de quitter leur poste.

Un enseignant non remplacé, c’est :

- des élèves répartis dans les classes ou qui restent à leur domicile. Ils sont donc privés de l’enseignement qui leur est dû.


La continuité du service public d’éducation n’est plus assurée !

les classes, déjà chargées, perturbées par l’accueil d’élèves supplémentaires qu’il faut « occuper ».

Un enseignant non remplacé, c’est tout le fonctionnement de l’école qui est perturbé !

Les seules solutions susceptibles de résoudre ce problème sont :

- l’augmentation massive du nombre de remplaçants pour couvrir tous les besoins ;

- le maintien des attributions spécifiques à chaque type de remplaçant ;
le maintien des postes de Titulaires Remplaçants : BD et ZIL ;

- que les remplacements soient effectués par des personnels titulaires et fonctionnaires et non par des contrats précaires ;

- un décompte précis et transparent des jours pour lesquels l’ISSR est versée aux remplaçants (défraiement transport) et le rétablissement de toutes les primes.

SUD Education 92 appelle tous les collègues à se mobiliser le plus fortement possible par des débrayages (un préavis de grève national couvre les collègues toute l’année), des refus de prendre en charge les élèves des autres collègues, des manifestations, etc. Mais appelle également à refuser ces missions de remplacements bancales qui ne règlent en rien le problème des absences non remplacées et portent une fois de plus atteinte à l’Education Prioritaire.

Le syndicat soutient toutes les équipes qui mettent en place ces actions.


SUD Education 92


Documents joints

PDF - 273.1 ko
PDF - 273.1 ko