VENDREDI 10 OCTOBRE 2008, RASSEMBLEMENT POUR LA DÉFENSE DE L’ÉCOLE PUBLIQUE POUR TOUS

mardi 7 octobre 2008
par  SUD Education 92

À 17H30

PLACE DU 11 NOVEMBRE À LEVALLOIS

À L’OCCASION DE L’INAUGURATION DE L’ÉCOLE SAINT-EXUPÉRY PAR

XAVIER DARCOS, MINISTRE DE L’ÉDUCATION NATIONALE

L’école publique pour tous suppose l’accès de tous les élèves à une formation de qualité, au savoir et à la culture. Les réformes annoncées de l’école publique n’ont pas d’autres justifications que budgétaires. Elles sont sans fondement pédagogique, et ne sont le fruit d’aucune concertation démocratique.

Les suppressions de postes, la réforme des programmes, la diminution des heures d’enseignement et la modification du système scolaire (de la Maternelle jusqu’à l’Université) auront des conséquences graves sur la qualité et la richesse de l’enseignement public, ainsi que sur les conditions de travail et de formation des élèves et des personnels éducatifs.

Une école à plusieurs vitesses se profile : une minorité de « bons élèves » bénéficiera des meilleures formations, tandis qu’une majorité n’aura accès qu’à « un socle minimal de connaissances », ne permettant pas de réelles perspectives de poursuite et de réussite d’études. L’école publique doit donner à chacun les meilleures chances de s’émanciper, de se construire un avenir.

Les effets de cette politique désastreuse se font déjà sentir dans les établissements de Levallois.

Conséquences des réductions massives d’heures d’enseignement :

- Disparition du diplôme national du BEP, conséquence de la généralisation du bac pro en trois ans, imposée par le ministre à la rentrée 2007 malgré les réticences des inspecteurs et des enseignants. De nombreux élèves ont pourtant besoin de ce diplôme pour réussir au baccalauréat. Le BEP permet aussi aux élèves les plus fragiles de ne pas sortir du système scolaire sans diplôme.

- Petite section de Maternelle menacée.

- Disparition des RASED, Réseaux d’Aides Spécialisés aux Elèves d’école primaire en Difficulté.

- Disparition de plusieurs postes d’enseignants dans les collèges et de nombreux autres menacés.

- Disparition de dédoublements de classes dans certaines disciplines (Langues vivantes, Physique, SVT…)

- Effectifs surchargés, souvent jusqu’à 35 élèves au Lycée Léonard de Vinci, jusqu’à 31 au collège.

- Remise en cause d’options, arts ou secondes langues par exemple.

- Pénurie de remplaçants titulaires (TZR).

Les heures supplémentaires ne peuvent compenser les difficultés causées par ces baisses horaires. De nombreux enseignants sont contraints d’accepter ces heures prises sur les postes supprimés pour ne pas priver les élèves de cours, mais elles alourdissent leur service, dégradent leurs conditions de travail et nuisent à la qualité du suivi des élèves. Par ailleurs les dispositifs d’accompagnement pédagogique, notamment le soutien (sur temps scolaire ou pendant les vacances), sont hypocrites dans un contexte de dégradation de l’offre globale de formation. Dans le primaire par exemple, le soutien, généralisé à toutes les classes, est financé par la suppression de deux heures d’enseignement hebdomadaire...

D’autres personnels éducatifs essentiels manquent à l’appel à Levallois.

- Il n’y a plus de médecin scolaire.

- Aucune assistante sociale n’est nommée au nouveau collège Louis Blériot.

- Les conseillers d’orientation se partagent de plus en plus entre les établissements et leur temps de présence se limite, au mieux, à deux demi-journées par semaine.

- Au lycée Léonard De Vinci, il n’y a plus d’étude surveillée par manque de surveillants.

- Le personnel TOS se raréfie et se précarise. Un poste a été supprimé à Léonard de Vinci. Au collège Blériot, sur les 3 agents nommés, un seul est titulaire, les autres, contractuels, ne sont pas assurés d’être maintenus.

Cette situation locale n’est que le reflet de l’aggravation que subit l’ensemble du système éducatif en France. C’est dans ce contexte, que Xavier DARCOS, qui s’illustre régulièrement par ses propos méprisants envers les divers acteurs du monde scolaire, viendra inaugurer le vendredi 10 octobre prochain l’école Saint-Exupéry à Levallois.

Rejoignez-nous nombreux, le vendredi 10 octobre à 17h30,

Place du 11 novembre pour la défense de l’École publique pour tous.

LES PERSONNELS EDUCATIFS, ELEVES ET PARENTS MOBILISES DE LEVALLOIS.

Sections SNES des collèges Blériot, Danton et Jaurès, et du lycée Léonard de Vinci

Section SUD-éducation Lycée Léonard-de-Vinci