Le 22 janvier, refusons le budget de pénurie de l’Éducation nationale !

mercredi 19 janvier 2011
par  SUD Education 92

Les organisations sous-signées dénoncent les effets catastrophiques qu’aura la mise en
oeuvre du budget 2011pour l’Éducation nationale. Elles appellent tous les citoyens et
futurs citoyens de ce pays à un premier acte de refus des conséquences de ce budget, le
22 janvier 2011en participant à la manifestation du Collectif « l’éducation est notre
avenir ».

Le budget a pour effet la suppression de 16 000 emplois au plan national dont 192 postes
d’enseignants pour les Hauts de Seine (71 dans le 1er degré, 121 dans le 2nd degré) et
n’affiche d’autre ambition pour le système éducatif que la recherche d’économies à partir
du dogme du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.
Pourtant, les effectifs d’élèves vont continuer d’augmenter et la part du PIB français
destinée aux enseignements primaires et secondaires a diminué dans la période récente en
passant de 4,5% en 1995 à 3,9% en 2006.

D’ores et déjà l’Inspecteur d’académie annonce la couleur : hausse des effectifs à tous les
niveaux, menaces sur les remplacements,… Pire, alors que notre département connaît de
très fortes inégalités, ce sont les élèves les plus en difficulté qui sont attaqués avec la
remise en cause de l’éducation prioritaire (la quasi totalité des collèges et écoles situées
en éducation prioritaire risquent de perdre totalement ou en partie leurs moyens
supplémentaires) et la suppression programmée de nouveaux postes dans les Réseaux
d’Aides Spécialisés aux Élèves en Difficulté (RASED).

Le collectif appelle lycéens, étudiants, parents d’élèves et personnels de l’éducation à
participer à la journée nationale de mobilisation du 22 janvier en prenant part à la
manifestation qui partira du Luxembourg à 14 heures 30. Cette première étape doit
être suivie rapidement par d’autres initiatives.

Ensemble, refusons les fermetures de classes, la disparition des RASED, une nouvelle baisse
de la scolarisation des plus jeunes en maternelle, même dans l’éducation prioritaire, la
baisse des dotations des collèges et lycées, les réductions de postes et d’options, les
hausses d’effectifs dans les classes, la disparition programmée de l’éducation prioritaire
au profit du dispositif ECLAIR imposé sans concertation … toutes ces attaques qui vont une
nouvelle fois accentuer les inégalités, fragiliser les élèves les plus faibles et aller à
l’encontre des missions du Service Public d’Education. De même, continuons de dénoncer
les méfaits de la réforme Chatel et exigeons une véritable formation professionnelle des
enseignants dans l’intérêt de tous !

Aujourd’hui plus que jamais, notre pays a besoin d’un système éducatif qui s’attaque
réellement aux inégalités scolaires et traite la situation des élèves en grande difficulté.
D’autres choix pour la réussite de tous les jeunes sont nécessaires afin que l’École
remplisse les objectifs d’une École démocratique et ambitieuse.

FCPE, FSU, SGEN CFDT, UNSA Education, SUD Education 92, CGT SDEN 92


Documents joints

PDF - 451.9 ko
PDF - 451.9 ko