Créons la surprise !

Tract de SUD Education 92
mercredi 3 novembre 2010
par  SUD Education 92

La loi portant sur la réforme des retraites a été adoptée par le Parlement le 27 octobre. Sarko devrait
donc la promulguer au cours de la seconde quinzaine du mois de novembre à moins qu’elle ne soit déclarée
inconstitutionnelle. Mais nous pouvons aussi le contraindre à ne pas la promulguer, ou encore comme le fit
Chirac pour le CPE à la promulguer mais sans l’appliquer. La bataille des retraites n’est donc pas terminée,
quoi que peuvent prétendre le gouvernement et ses médias, et d’autant moins que dans tous les cas il restera
pour les syndicats à affronter le patronat sur la question des régimes complémentaires du secteur privé
(Arrco et Agirc). On peut certes refuser que la rue gouverne, mais on ne peut pas gouverner très
longtemps contre la rue.

Nous sommes depuis le 7 septembre (et même depuis le mois de juin) engagés dans une
mobilisation d’une ampleur et d’une durée exceptionnelle qui a déjoué toutes les prévisions politiques ou
syndicales, et qui reçoit un soutien massif de la population. Cinq journées d’action et deux appels à
manifester les samedis, ainsi que des grèves reconductibles et des blocages, ont mobilisé des millions de
salariés. L’élan qui a été donné, et qui s’inscrit dans la durée, traduit une exaspération sociale profonde
qui, chacun le sent bien, excède la seule question des retraites et qui déborde les consignes syndicales.

Au-delà des mots d’ordre syndicaux sur les retraites on entend dans les AG interprofessionnelles de
salariés, ou dans les AG d’étudiants, non seulement des protestations contre le gouvernement, son mépris,
ses méthodes policières et son déni constant de la démocratie, mais aussi des revendications concrètes pour
l’emploi et contre la précarité, pour les salaires et contre l’austérité. Comment financer les retraites si l’on
verse des dividendes plutôt que de créer des emplois, si l’on subventionne des banques au lieu de financer
des services publics ? Comment accepter de travailler plus longtemps sans modifier les conditions de travail
et si c’est pour renvoyer la jeunesse au chômage et à la précarité ? Partout la question de la répartition
des richesses est posée.

Certes certains travailleurs ont suspendu leur grève mais les médias ont enterré trop vite une
mobilisation sans précédent au mépris des salariés. Un certain nombre d’entre eux sont toujours en grève
reconductible.

C’est pourquoi SUD Education 92 appelle à manifester massivement le samedi 6
novembre ainsi qu’à une journée de grève et de manifestations le mardi 9 novembre.

TOUTES ET TOUS MASSIVEMENT
EN MANIF LE 6 !

RDV à 14h à l’angle du boulevard Voltaire, de la rue Jean-
Pierre Timbaud et de la rue de Malte (Métro Oberkampf)


Documents joints

PDF - 146.5 ko
PDF - 146.5 ko