Lettre du Ministère sur le mouvement lycéen... la stratégie de la tension

samedi 16 octobre 2010
par  SUD Education 92

Alors que des lycéens sont victimes de graves violences policières, la Fédération Sud Éducation dénonce l’envoi d’un courrier-type du Ministère de l’Éducation nationale destiné aux parents d’élèves. Ce courrier, éminemment politique, impose une « vérité d’État » sans tenir compte de la légitimité du mouvement en cours. La Fédération Sud Éducation exige qu’aucune sanction ne soit prise à l’encontre des lycéens et lycéennes mobilisé-e-s.

Manipulations… ministérielles !

Le courrier du Ministère (voir ci-dessous), envoyé à tous les Recteurs et répercuté auprès de tous les chefs d’établissement de lycée (LGT et LP), a été envoyé à des milliers de parents d’élèves.

Dès les premières phrases, il joue sur des amalgames douteux. Ainsi parle-t-il de « groupes d’autres jeunes » intervenant devant les lycées… Casseurs ? Manipulateurs ? Peu importe, l’essentiel pour l’institution est de semer le doute et la crainte dans l’esprit des parents.

Le courrier est méprisant à l’égard des lycéens et lycéens mobilisé-e-s lorsqu’il dit qu’ils « affirment protester contre des réformes ». Pour le Ministère, c’est sûr et certain, les lycéens sont incapables de comprendre qu’ils sont menacés par la contre-réforme des retraites. Ce n’est pas notre avis. Ni le leur visiblement…
« Châtel-la-menace »

Un bon courrier ministériel n’est rien sans menaces de sanctions administratives ou disciplinaires. D’où le rappel répété au « devoir d’assiduité », la mention de l’inscription aux bulletins scolaires, et, bien sûr, l’épée de Damoclès que représente la suspension des allocations familiales…

La Fédération Sud Éducation :

- invite les personnels à organiser des délégations auprès des chefs d’établissement pour protester contre l’envoi de ce courrier ;

- exige qu’aucune sanction disciplinaire ou administrative ne soit prise à l’encontre des lycéens mobilisés ;

- condamne l’emploi des forces de l’ordre pour « débloquer » les lycées ;

- appelle les personnels à rejoindre les lycéens et les autres grévistes dans l’action.

Le courrier-type du Ministère

Madame, Monsieur,

Depuis plusieurs jours, des groupes de lycéens ou d’autres jeunes, qui affirment protester contre des réformes, tentent de bloquer des lycées. Monsieur le Recteur m’a demandé de porter à votre connaissance les éléments suivants :

- Ces blocages font obstacle au droit à l’éducation, garanti à tous les élèves et à leur famille. Ils empêchent nombre d’élèves de suivre les cours, ce qui n’est pas admissible.

- La présence de lycéens dans la rue attire quelquefois un certain nombre de personnes qui souhaitent troubler l’ordre public et peuvent mettre en cause la sécurité des élèves et des personnels.

- L’absence des élèves en cours est contraire à l’obligation d’assiduité, qui figure dans la loi ainsi que dans le règlement du lycée et s’impose à tous ceux qui y sont inscrits. Elle empêche les lycéens de recevoir les enseignements prévus dans les programmes et nécessaires tant à leur formation qu’à leur réussite aux examens.

Aussi je vous demande de bien vouloir rappeler à votre enfant qu’il a des droits et des obligations dans le cadre de sa scolarité :

- Ses droits lui permettent de faire valoir ses opinions par le biais des instances officielles de l’établissement : assemblée générale des délégués, conseil de la vie lycéenne et conseil d’administration.

- Ses devoirs concernent l’assiduité, le respect de la liberté d’autrui et celui des biens. J’ajoute que les absences non justifiées figureront sur les bulletins scolaires des élèves concernés.

Pour garantir à chacun le respect de ses droits et préserver aux élèves de notre lycée leurs chances de réussite, nous comptons sur votre indispensable soutien.


Documents joints

PDF - 109.2 ko
PDF - 109.2 ko