Non à la répression contre Kai Terada ! Toutes les informations à retrouver ici.

Une situation sanitaire alarmante à l’école : ne laissons pas la lassitude nous envahir

jeudi 16 décembre 2021
par  SUD Education 92

 Un consensus bien trop tardif

Depuis le début de la crise les personnels de l’Éducation Nationale alertent sur le lieu de contamination que constitue l’école.
Depuis le début de la crise le ministre Blanquer ratiocine que les enfants à l’école ne sont pas vecteurs de contamination, mentant éhontément au visage de tous ses personnels.

Malheureusement la réalité est telle qu’aujourd’hui un consensus large se fait jour pour dire que les enfants sont un des vecteurs principaux de contamination. Le taux d’incidence est sans appel et explose chez les enfants, tout particulièrement dans les classes d’âge de l’école.

Les enfants deviennent ainsi un des vecteurs premiers de l’épidémie, pour eux/elles-mêmes et pour les adultes qui les entourent.

Que de temps perdu par notre ministre à mentir aux médias et aux citoyen-ne-s, plutôt que d’être aux côtés de ses personnels pour proposer des moyens pour faire face à la crise sanitaire, avec tous les moyens nécessaires.

Mieux encore, le ministre Blanquer assouplit dans un premier temps le protocole des écoles !! De plus le protocole mis en place est inefficace à tel point que même Le Monde s’en fait écho [1].

 Une lassitude des personnels

Face aux mensonges de leur propre ministre, aux injonctions contradictoires avec la situation vécue sur le terrain les personnels de l’Education Nationale se sentent profondément méprisés.

Une lassitude bien compréhensible s’installe : le ministre préfère parler aux médias, mentir aux Français-ses plutôt que de s’inquiéter de leurs conditions de travail et des risques qu’ils et elles prennent.
Ne laissons pas la lassitude nous abattre.

Continuons à faire valoir nos droits sur notre lieu de travail.

Continuons à prendre soin de ce que nous avons de plus précieux : notre santé.

 Une obligation de protection de l’employeur à rappeler

SUD Education 92 rappelle que l’employeur est responsable de la santé et de la sécurité des personnels sur leur lieu de travail.

« L’employeur prend les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale des travailleurs. » (Code du travail : articles L4121-1 et L4121-5) »

« en qualité de représentant de l’État au sein de l’établissement, le chef d’établissement (...) prend toutes dispositions, en liaison avec les autorités administratives compétentes, pour assurer la sécurité des personnes et des biens, l’hygiène et la salubrité de l’établissement » (article R. 421-10 du code de l’éducation)



Mais notre employeur ne s’en préoccupe guère.

Combien de Documents Uniques d’Evaluation des Risques Professionnels (DUERP) [2] ont-ils été mis à jour pour prendre en compte la situation sanitaire et les risques qu’elle fait courir aux personnels alors même qu’une circulaire académique d’août 2021 [3] en rappelle la nécessité tant dans le premier degré que dans le second ?
Pire, dans combien d’établissements le DUERP, pourtant obligatoire depuis 2001, n’existe-t-il pas ?

  • SUD Education 92 invite l’ensemble des personnels à demander la création, l’actualisation du DUERP.
  • SUD Éducation 92 invite l’ensemble des personnels à inscrire les manquements à leur sécurité et à la protection de leur santé dans le Registre de Santé et de Sécurité au Travail (RSST) dont la présence facilement accessible est obligatoire. Nous rappelons que l’administration doit se positionner par rapport aux problèmes constatés et que ce registre sert de preuve au Tribunal Administratif qui peut juger de la pertinence des réponses de l’administration.
  • SUD Éducation 92 invite à se saisir des instances afin d’aborder cette situation : Conseils d’écoles, Conseils d’administration et à saisir la Commission Hygiène et Sécurité [4] dans les établissements où elle est constituée ou à demander sa constitution si elle ne l’est pas et où cela est possible.
  • SUD Éducation 92 invite l’ensemble des personnels à le contacter en cas de doute sur la manière de faire valoir ses droits à la protection de sa santé sur son lieu de travail.

 Pour une priorité des personnels de l’Éducation Nationale pour la 3ème dose

Puisqu’il est avéré qu’en tant que personnel de l’Éducation Nationale nous sommes plus exposés à la pandémie sur notre lieu de travail,
Et puisque notre employeur est responsable de notre santé sur notre lieu de travail,
Alors nous lui demandons d’appliquer la loi et de mettre en œuvre des mesures réellement destinées à protéger notre santé sur notre lieu de travail.

  • SUD Éducation 92 revendique ainsi que les personnels qui le souhaitent puissent être prioritaires pour effectuer une 3ème dose de vaccin protectrice à un moment où les réanimations se remplissent majoritairement de personnes non vaccinées ou en fin de 2ème dose.
  • SUD Éducation 92 invite l’ensemble des personnels à signaler ce manquement dans le RSST.

 Pour des moyens à la hauteur de la situation

Depuis le début de la pandémie, SUD Éducation revendique un plan d’urgence pour l’Education avec différents volets :

  • Un volet inclusion scolaire
  • Un volet éducation prioritaire
  • Un volet pédagogie et système éducatif
  • Un volet postes
  • Un volet médico-social

Où sont les personnels médicaux -sociaux supplémentaires ? Les purificateurs d’air ? Les capteurs CO2 ? Les masques inclusifs ? Les réelles campagnes de tests en milieu scolaire ? Les présentoirs de gel hydroalcoolique ? Les mesures, les travaux, les investissements pour rendre compatibles aération (quand s’ouvrent les fenêtres) et températures hivernales ?

Après combien de vagues, d’hivers, de mois, d’années, notre employeur prendra-t-il réellement en compte nos conditions de travail, notre santé, celles de nos élèves ?

 Pour une politique, une solidarité mondiales

Il est vain d’espérer que la sortie de la pandémie ne peut avoir lieu qu’en France ou dans les pays développés.

La pandémie est globale, systémique par définition [5], la réponse doit également l’être.
SUD Éducation 92 revendique donc la levée des brevets des vaccins et leur mise à disposition massive.

SUD Éducation est un syndicat de transformation sociale.
Nous ne pouvons pas nous satisfaire de l’augmentation des inégalités qui est encore plus importante avec la crise sanitaire.

Les laboratoires pharmaceutiques ont couvert leurs risques à coût de milliards d’argent public provenant des impôts des peuples européens. Maintenant, les laboratoires dont les vaccins sont employés engrangent des bénéfices historiques.
Les conditions sont encore plus dégradées pour les populations les plus pauvres. La prise en compte du paludisme [6], du VIH par exemple reculent dans nombre de pays où le système de santé se retrouve encore plus désorganisé.


Télécharger le communiqué en version pdf.





[1Voir en ligne l’article du Monde, consulté le 09/12/2021.

[2Code du travail : articles L4121-1 et L4121-5

[3Circulaire n°2021-21 pour le premier degré et circulaire n°2021-22 pour le 2ème degré.

[4Articles L 421-25, D 421-151 à D 421-159 du code de l’éducation et Décret n°93-605 du 27 mars 1993.

[5La pandémie touche même les animaux. Ainsi les cerfs de l’Etat de Virginie aux Etats-Unis sont majoritairement positifs à 80 %, faisant craindre que la faune puisse servir de réservoir au virus s’il venait à ne plus circuler chez le genre humain. Les hippopotames mêmes peuvent être positifs. La notion systémique de la santé comprend également avec les zoonoses la faune et renvoie à la notion de « one health / une seule santé ».

[6« L’an dernier, le nombre de nouveaux cas a bondi de 14 millions et le nombre de morts de 69 000. Une régression « considérable », selon l’Organisation mondiale de la santé. ». Voir en ligne l’article du Monde, consulté le 9/12/2021.


Documents joints

PDF - 113.2 ko
PDF - 115.1 ko

Agenda

<<

2022

 

<<

Septembre

>>

Aujourd’hui

LuMaMeJeVeSaDi
2930311234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293012

Pratique

Non à la répression

cliquer sur l’image

Nous contacter


Adhésion


Caisse de grève AESH


Nos guides syndicaux


Protocole sanitaire


[actualisé au 26 août 2022]