Collège République à Bobigny : SUD éducation dénonce un article à charge du journal Libération

jeudi 4 juillet 2019
par  SUD Education 92

Dans un article paru ce lundi dans le journal Libération, des militant-e-s de SUD éducation sont violemment attaqué-e-s.

Un rassemblement (environ 150 personnes) énergique a été appelé devant le Rectorat ce mercredi 3 juillet. La mutation a été décidée pour les 3 collègues, dans un simulacre de CAPA : pour se passer du vote des élu-e-s syndicaux, le Rectorat a décidé d’acter la mutation (sanction déguisée) dans une CAPA mutation et non une CAPA disciplinaire !

PDF - 71.8 ko

Les documents rassemblés par le comité de soutien aux victimes de répression antisyndicale au collège République montrent sans ambiguïté qu’il s’agit d’une campagne de répression antisyndicale orchestrée par le rectorat de l’académie de Créteil et le ministère de l’Éducation : des dossiers vides, des documents administratifs censurés, des rapports manipulés dénoncés par les représentant-e-s des personnels… Ces documents ne sont même pas évoqués dans cet article de Libération, alors qu’ils constituent des éléments factuels qui méritent d’être communiqués au public.

À l’inverse, l’article cite, hors de tout contexte un rapport produit par un personnel qui se trouve dans son dossier administratif au rectorat et qui n’est pas un document public au sens du statut général de la fonction publique. SUD éducation s’interroge sur la façon dont ce document a été communiqué à la presse.

Alors que l’article se présente comme une “enquête”, il s’agit davantage d’un récit mis en scène : anecdotes non-sourcées juxtaposées, témoignages anonymes, hyperboles et effets rhétoriques. L’amalgame va jusqu’à suggérer que les syndicalistes seraient la cause de tous les maux du collège, des faits de violence ou même de l’échec scolaire des élèves dans ce collège de REP+ du 93. Par ailleurs, les absences des personnels sont toujours justifiées (maladie, stages…) et il est de la responsabilité du rectorat de remplacer les absent-e-s. Il est scandaleux de laisser entendre que les syndicalistes seraient responsables des bien trop nombreuses absences non remplacées.

Nos deux camarades présentes dans le collège depuis 22 et 27 ans sont reconnues par le rectorat lui-même pour leurs compétences qui leur ont valu le passage au grade de la classe exceptionnelle. Les conditions de travail et d’études dans cet établissement comme dans l’éducation prioritaire dans son ensemble sont extrêmement difficiles à cause de la politique conduite par le gouvernement : il est inacceptable d’en faire porter la responsabilité sur des syndicalistes, ici comme ailleurs, agissant pour améliorer l’école.

Au-delà des camarades mises en cause, cette mise en scène vise le syndicalisme SUD dans son ensemble.

La fédération SUD éducation apporte son soutien plein et entier aux camarades du collège République de Bobigny victimes de répression anti-syndicale.

La fédération SUD éducation tient à la disposition de la presse les éléments attestant des faits négligés par Libération, et fait parvenir à cette publication une demande de droit de réponse.

Un rassemblement de soutien est organisé le mercredi 3 juillet à 14:00 au moment de la tenue de la commission paritaire. Ce rassemblement contre la répression anti-syndicale doit être un succès.