Loi Blanquer "Ecole de la confiance" : la mobilisation a fait (un peu) reculer Blanquer, poursuivons jusqu’au retrait total !

vendredi 28 juin 2019
par  SUD Education 92

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2019/06/13062019Article636960456952450137.aspx

Communiqué de grévistes du 13 juin :

La commission du 13 juin au sénat s’est mise d’accord sur un compromis, abandonnant certains points qui attisaient notre colère (cf article du café pédagogique). Ce qui prouve que la mobilisation paye ! Mais dans le même temps, des formulations restent assez floues pour laisser ouvertes toutes sortes de possibilités notamment sur les signes religieux distinctifs aux abord des écoles et ceux « relevant » du prosélytisme.

L’article 1 et l’esprit général de la loi sont maintenus. Il s’agit donc de poursuivre les discussions dans les équipes afin d’organiser notre résistance collective.

Nous proposons :

-  de mettre à l’ordre du jour des conseils d’école la loi Blanquer et ses implications, de poser aux représentents de la mairie et de l’éducation nationale des questions à propos de la cité éducative dont il est question sur Gennevilliers

- de faire le point sur la situation des élèves en situation de handicap sans AVS

- de faire le point dans les équipes sur les ouvertures et fermetures de classe et de remonter les infos sur cette liste

-  de poser des intentions de grève pour toute la semaine de la rentrée afin de nous laisser la possibilité de riposter par ce moyen si des décrets d’applications de la loi apparaissent pendant les vacances, si les ouvertures demandées ne sont pas accordées...

Modèle de déclaration d’intention de grève (pas obligatoire dans les villes ne pratiquant pas le service minimum) :

Word - 29.5 ko

- De mettre en discussion dans les équipes :

Le bilan de la grève du 17 juin, jour de l’épreuve de philo et ses éventuelles suites

les menaces du DASEN concernant les enseignant-e-s qui n’ont pas fait passer les évaluations

les conditions de rentrée, les moyens d’organiser notre défense collective face aux pressions...

- De fixer la date d’une AG de rentrée dans les communes qui le souhaitent (notamment Gennevilliers et Nanterre) où au moins un-e représentant-e par école pourrait être présent-e ;