Après le 19 mars : construisons la grève massive dès le 28 mars

jeudi 28 mars 2019
par  SUD Education 92

28 mars

Notre bulletin En lutte du 20 mars qui recense les mobilisations dans toute la France :

PDF - 157.5 ko

Des collègues sont en grève à partir de ce 28 mars (suite à la décision de l’AG Education IDF du 19 mars) et certain-e-s reconduiront demain, l’objectif étant de passer dans les écoles afin d’étendre le mouvement à partir de lundi 1er avril (décision de l’AG de Nanterre du 19 mars) ou du jeudi 4 avril (appel intersyndical national).
28 mars

Des grévistes se réunissent en AG et passent dans les écoles à Nanterre et Gennevilliers pour informer et contribuer à une forte mobilisation dès le 1er ou le 4 avril.

Voir notre appel :

PDF - 78.1 ko

La mobilisation existe, elle est en voie d’amplification... mais on a besoin de tout le monde !

La majorité des enseignant-e-s du lycée Joliot-Curie de Nanterre s’est déjà lancée dans une grève reconductible dès le 11 mars avec un relais des parents qui ont organisé en soutien 3 jours école morte en semaine 2). Un peu partout des diffusions de flyers aux parents s’organisent et doivent s’amplifier, dans chaque école. Les Gilets jaunes de Nanterre ont diffusé devant certaines écoles de Nanterre un flyer sur la loi Blanquer.

Dans le 92, la mobilisation est aussi contre la fusion des ZIL et Brigade et les règles du mouvement qui changent et contre lequel un consensus se dégage. Des centaines de ZIL et Brigade s’auto-organisent, à qui nous offrons tout notre soutien, notamment matériel.

Encore mieux, un peu partout en France, la mobilisation se construit : dans une dizaine de départements, la grève est entamée dès ce 28 mars, d’autres dès le 1er avril. A Paris, 250 personnes e sont retrouvées en AG ce 28 mars et ont décidé de reconduire vendredi 29. Une trentaine d’écoles ont été fermées. La journée du 4 avril sera sûrement très suivie mais ne peut et ne doit être qu’une étape vers la construction en AG de grévistes d’une reconduction SINON NOUS N’Y ARRIVERONS PAS.

Tout cela doit converger pour gagner. Si on reste éparpillé, nous nous réveillerons trop tard.

Nous proposons des pistes pour que la grève puisse être massive et suffisante pour gagner :

la journée du 30 mars peut être utilisée pour construire une caisse de grève pendant la manifestation avec banderole, flyer explicatif et une petite boîte prévue à cet effet. C’est comme cela que les grèves reconductibles peuvent se faire,
des tournées d’écoles locales peuvent être organisées avec une réunion de grévistes pour se coordonner,
des flyers peuvent être distribués aux parents, des réunions publiques organisées localement
les listes mail existantes peuvent être utilisées pour informer du taux de grévistes dans chaque école et des initiatives prises,
nous avons un préavis de grève qui couvre chaque jour de l’année donc une simple déclaration d’intention de grève suffit (« à partir du.... »).

SUD Education soutient et participe à cette mobilisation et affirme que la question n’est plus à savoir s’il faut faire grève ou non mais bien à se réunir pour trouver collectivement les bonnes modalités de lutte qui permettront d’obtenir le retrait de la loi Blanquer. Le ministre commence déjà à communiquer sur d’éventuelles modifications de la loi.

Pour nous et la majorité des collègues, c’est bien la loi en entier qu’il faut abroger, elle n’est pas négociable.


20 mars

Environ 300 000 personnes ont manifesté le mardi 19 mars (selon la CGT) lors de la journée de grève interprofessionnelle. Entre 1/4 et la moitié des enseignant-e-s étaient en grève ce jour-là.

Cette réussite s’accompagne d’AG de grévistes porteuses de perspectives encourageantes.

A Gennevilliers, 53 personnes ont discuté des suites à donner : la question d’une grève reconductible a été discutée ; a été décidée une journée de grève et d’action le jeudi 28 mars et de mettre au vote la reconduction ce jour-là.

A Nanterre, 40 collègues, du 1er et d 2nd degré. La majorité s’est prononcée pour une grève d’au moins 3 jours à partir du 1er avril. Une soirée qui rassembleraient enseignant-e-s du 1er, du 2nd degré et des parents est prévue le jeudi 28 mars dans un établissement de la ville ainsi que des tournées d’établissements afin d’informer sur la loi Blanquer et la Réforme (casse) de la Fonction Publique (voir sur notre site).

Il s’agit, pour la majorité des collègues présent-e-s, d’embrayer e pas des collègues nantais (en grève reconductible dès le 11 mars et de nouveau en grève à partir du 28 mars).

A noter, à l’échelle nationale, l’AG education inter-degré Ile de France qui s’est tenue le sir du 19 mars appelle à une nouvelle journée le 28 mars (qui serait le départ d’une grève reconductible avec une manifestation en direction du Ministère et à une nouvelle AG Education inter-degré le soir du 28 mars à 17h à la Bourse du Travail de Paris (3 rue Château d’eau).

De plus, des AG départementales vont dans le sens d’une grève à partir du 28 mars ou du 1er avril dans les départements suivants : 93, 49, Paris, 79 (dès le mardi 26 mars), 01, 34, 43, 35 (liste non exhaustive).


Brèves

31 janvier - Pour la reconnaissance du métier d’AESH : rassemblement le 6 février

Rassemblement intersyndical à 14h le mercredi 6 février pour un vrai statut des personnels AESH (...)

31 janvier - GREVE A PARTIR DU 5 FEVRIER ! En lien avec...

GREVE A PARTIR DU 5 FEVRIER !
En lien avec la mobilisation des stylos rouges, des gilets (...)

31 janvier - Grève historique des enseignant.e.s de Los Angeles

Grève historique des enseignant.e.s de Los Angeles
Du 14 au 22 janvier une grève massive et (...)