Des contrats scandaleusement précaires dans un lycée de Nanterre

jeudi 19 novembre 2009
par  SUD Education 92

La précarité s’étend. Elle est désormais partout. Mais ce que l’on sait moins c’est qu’elle est très présente dans le public.

L’état employeur ou les collectivités territoriales y ont énormément recours et de plus en plus à mesure que l’on supprime des postes de titulaires

C’est particulièrement vrai dans l’éducation nationale.

La précarité est un concept abstrait. En voici donc un exemple, parmi d’autres. Tout proche de nous.

Il s’agit d’un de nos collègues qui, comme d’autres, enchaîne, depuis quelques années parfois (le code du travail permet de convertir les contrats précaires en CDI au bout de... six ans !), contrat précaire sur contrat précaire dans notre lycée avec pour recruteur la direction de l’établissement et pour employeur le Conseil régional (PS) d’Ile de France.

Il lui a été fait un contrat de 11 jours !!!

Ce collègue a ensuite été réembauché en septembre _ ce qui a permis à l’employeur d’économiser la période des vacances.

Imaginez ce que c’est de vivre matériellement _ avec une famille à charge_ et psychologiquement _ sans avoir la certitude d’être repris la prochaine fois dans ces conditions.

Ils sont plusieurs dans cette situation au lycée. La région la plus riche d’Europe dirigée par la gauche doit combattre la précarité non seulement par des mots mais aussi par des actes.

L’intersyndicale SGEN-CFDT/SNES-FSU/SUD Education du lycée Joliot-Curie de Nanterre