Dans l’Éducation Nationale, 1 personnel sur 4 est contractuel

SUD éducation tire la sonnette d’alarme
jeudi 5 avril 2018
par  SUD Education 92

La Fédération SUD éducation appelle les personnels à se mobiliser et à faire grève le 5 avril contre l’aggravation de la précarité dans l’éducation.

PDF - 70.6 ko

Aujourd’hui, 300 000 personnels de l’Éducation Nationale ne sont pas fonctionnaires mais contractuel-le-s, sans compter les milliers de précaires qui font vivre l’Enseignement Supérieur et la Recherche.

À l’heure où le gouvernement s’attaque aux statuts des cheminot-e-s, rappelons que les mêmes logiques sont à l’œuvre dans la Fonction Publique : liquider les statuts qui protègent les travailleurs et les travailleuses et qui assurent la pérennité et l’efficacité du service public. La diminution du nombre de postes aux concours de l’enseignement et l’augmentation du recrutement de contractuel-le-s montrent bien la volonté du gouvernement d’en finir avec la sécurité de l’emploi. Les personnels de l’Éducation Nationale constatent quotidiennement les conditions de travail indignes qui sont imposées aux personnels non-titulaires. Les temps partiels imposés, l’annualisation du temps de travail, les inégalités salariales, les pressions quant au renouvellement du contrat année après année, le manque de formation mettent en difficulté ces personnels qui exercent pourtant des missions d’enseignement, d’accompagnement des élèves en situation de handicap, de surveillance, essentielles au fonctionnement du service public d’éducation.

Il est urgent de s’unir, titulaires et non-titulaires, afin de revendiquer l’égalité de traitement et la titularisation immédiate de tous les personnels : le statut de fonctionnaire n’est pas un privilège, c’est un droit dont tous et toutes doivent bénéficier.

La Fédération SUD éducation s’associe à l’appel de l’Assemblée Générale des précaires d’Ile-de-France à faire grève et se manifester dans la rue le 5 avril contre la précarité.