Salarié-e-s du public et du privé, tou-tes et tous en ligne de mire : à nous de riposter par la grève !

mercredi 13 septembre 2017
par  SUD Education 92

Dès la rentrée, organisons-nous en AG, en réunion d’informations syndicales...
Préparons la résistance à ce projet d’école néolibéral et réactionnaire !

Voir l’appel de la Fédération SUD Education en entier :

PDF - 1.2 Mo

Dans la Fonction Publique, on a toutes et tous - au moins - une raison de se mobiliser, voir ici :

PDF - 1.2 Mo

En cette rentrée, le ministre de l’Éducation multiplie les annonces de mesures hostiles aux élèves et aux personnels.

Dans le 1er degré, la gestion des 12 élèves par classe est d’ores et déjà une farce : moyens en personnels insuffisants, bâtiments inadaptés, remise en cause des dispositifs Plus de Maîtres Que de Classes (qui étaient supposés compenser la disparition des RASED). Le ministre voudrait en outre imposer ses conceptions
pédagogiques rétrogrades, notamment en ce qui concerne l’apprentissage de la lecture.Le ministère imposera aux enseignant-e-s et aux élèves de CP et de 6e des évaluations nationales unanimement décriées par les communautés éducatives et
scientifiques.

Dans le 2d degré, le pire des réformes de ces dernières années est conservé et l’autonomie des établissements est encore accentuée. Le ministre prétend ainsi donner le pouvoir de recrutement aux cheffe-s d’établissement et met en chantier la remise en cause du baccalauréat et du droit aux études supérieures.

Dans l’enseignement supérieur, le ministère prépare la sélection à l’entrée de l’Université pour masquer son refus de mettre les moyens nécessaires pour une
université ouverte à tou-te-s. À tous les niveaux, cette rentrée ne pourra à nouveau
être assurée qu’avec des personnels précaires, le ministère ne recrutant même pas tous les postes ouverts au concours, pourtant déjà insuffisants.

Dans sa conférence de presse de rentrée, le ministre prétend que le budget de l’Éducation nationale augmente fortement. En réalité, son ministère absorbe le champ de la Jeunesse et des Sports qui relevait auparavant d’un ministère distinct. Une augmentation en trompe-l’oeil donc…

Enfin, l’école s’était vue promettre le maintien des emplois CUI-CAE par la Ministre du Travail. Il n’en est rien : les non-renouvellements sont massifs en cette rentrée. Il s’agit d’un vaste plan de licenciements. Ces personnels (AED, CUI-CAE, services civiques…) assurent pourtant des missions essentielles. SUD éducation exige le réemploi de tous les personnels en contrat CUI-CAE et la titularisation sans condition de toute- s les précaires.

Si on aoute à cette situation dans notre secteur, les projets de loi Travail XXL (sans débat au Parlement), pire que celle qui a mis des milliers de gens dans la rue au printemps 2016 pendant 3 mois et demi, les raisons ne manquent pas !

Toutes et tous en grève le 12 septembre et en AG de grève pour discuter ensemble de nos conditions de travail ! Ils ont l’argent, on a les gens !