Vous ne nous empêcherez toujours pas de manifester !

mardi 29 décembre 2015
par  SUD Education 92

Plus de 200 arrestations, au moins 174 gardes à vue, voilà le bilan d’une manifestation prévue depuis de longs mois pour dénoncer la supercherie que constitue la COP21. Des arrestations arbitraires donc, puisque c’est pour avoir manifesté que nos camarades se sont faits arrêter.

Après un rassemblement sur la place dès 11h, un semblant de départ en manifestation s’est amorcé autour de 13h. D’abord spectateurs de loin, les policiers ont laissé s’avancer le cortège boulevard Voltaire pour mieux le piéger : gazage, tabassages, jets de grenades de désencerclement. Voilà la réponse de l’État. Après plusieurs heures d’enfermement sur la place, les policiers ont donc embarqué un grand nombre de manifestant-e-s dont des militant-e-s syndicaux notamment de Solidaires (SUD PTT, Solidaires étudiant-e-s, SUD éducation, SUD Rail ...) qui n’avaient pas le loisir de quitter la place comme ils et elles le voulaient.

C’est donc bien un exemple que l’État "socialiste" voulait, taper fort, marquer les esprits, intimider. Mater. Faire peur. Pour l’État, les terroristes ne sont pas que ceux et celles qui agissent au nom de Daech.

"2/3 des émissions de CO2 = 90 entreprises", informait une pancarte sur la place de la République ce dimanche 29 novembre. C’est le genre de propos qui n’aura pas cours au Bourget au cours de ces 2 semaines. C’est que le dispositif policier pour museler toute expression anti-COP21 est impressionnant : toutes les actions prévues pour donner un autre discours que celui véhiculé par la COP21 sont interdites, c’est donc le rétablissement de certaines vérités qui est interdit au nom de l’état d’urgence.

C’est pour cela notamment que malgré l’interdiction, malgré les intimidations policières (pour rappel, 58 personnes convoquées au commissariat en début de semaine suite à la manifestation de dimanche 22 novembre en soutien aux réfugiés et contre l’état d’urgence), des milliers de personnes se sont rassemblées cet après-midi. Pour le climat, pour que la population puisse enfin prendre sa vie en main.

Pour ces raisons mais aussi parce que les arrestations n’ont aucune légitimité, nous dénonçons le climat ultra-sécuritaire qui, sous couvert de lutte contre le terrorisme, ne vise qu’ à intimider afin que leur COP21 se déroule dans les meilleurs conditions. C’est-à-dire sans contestation. Pour qu’on laisse les dominant(e)s une fois de plus dicter leurs lois. Qu’on mette de coté, comme toujours notre esprit critique.

Syndicat d’émancipation, qui lutte pour une autre école dans une autre société, SUD-Education 92 affirme son soutien aux manifestant-e-s arrêté-e-s et s’évertuera coûte que coûte à dénoncer l’état d’urgence et son corollaire, l’interdiction de manifester.

Liberté pour toutes et tous, aucune poursuite judiciaire !

Fin de l’état d’urgence, fin de l’interdiction de manifester !

Non à la COP21 et à son monde !