Incendie dans une école à Gennevilliers, communiqué SUD Education 92

jeudi 17 juillet 2014
par  SUD Education 92

Une partie de l’école Joliot-Curie à Gennevilliers a brûlé dans la nuit du 13 au 14 juillet. Selon les dires du maire, cet incendie aurait été déclenché par un "groupe de jeunes" habitant le quartier des Agnettes.

Cet acte est condamnable mais la condamnation ne suffit pas. Il est aussi un indicateur du fait que pour une partie de la population des quartiers populaires, l’Ecole apparaît pour ce qu’elle est : une Ecole de discrimination et de sélection, au lieu d’être un moyen d’émancipation et de lutte contre les injustices sociales.

SUD Education est un syndicat de lutte "pour une autre Ecole, une autre société". Fidèle à cette devise, il se met du côté des exclu-e-s du système et considère que cette exclusion est légitimée par l’Ecole de cette société.

Le syndicat se lève contre le communiqué du maire de Gennevilliers (voir ci-dessous), placardé sur toutes les portes d’entrée d’immeuble du quartier des Agnettes. Sans chercher les causes de cet incident, le maire instrumentalise l’évènement pour alimenter la peur envers les jeunes et inciter à la délation dans une politique évidente de division. Cela n’est sans doute pas étranger au fait que le maire engage une restructuration du quartier à visée spéculative et sécuritaire.


Communiqué de Patrice LECLERC, Maire de Gennevilliers du 14 juillet 2014

ADRESSE AUX HABITANTS

Rassemblement pour dire
Ne touchez pas aux écoles de nos enfants
Jeudi 17 juillet à 18h
Devant l’école Joliot Curie

Dans la nuit du 13 au 14 juillet 2014, vers 1h du matin, une dizaine d’individus ont déclenché un incendie dans l’école élémentaire Joliot-Curie aux Agnettes. Cet acte criminel est inacceptable.

Présent sr place pendant l’intervention des pompiers, avec Marc HOURSON, élu de permanence, j’ai appris que ce groupe de jeunes avait été vu escalader la grille de l’école peu après l’incendie. La police a interpellé trois d’entre eux et un quatrième identifié reste à interpeller. Tous habitent le quartier des Agnettes.

La justice dira la responsabilité des uns et des autres et je souhaite que tout soit fait pour que l’ensemble des responsables soit identifié et arrêté.

Cet acte irresponsable aurait pu avoir de graves conséquences humaines sachant qu’une gardienne est logée dans les locaux. Il a de lourdes conséquences pour les enfants du quartier puisque trois classes ont été détruites dont le Musée de l’école publique.

Les services municipaux évaluent les dégats et sont chargés de prendre les mesures indispensables pour assurer la bonne rentrée scolaire des enfants. En outre, j’ai demandé aux services municipaux de me faire des propositions pour assurer une sécurité encore plus importante des bâtiments publics communaux afin de dissuader de tels actes.

J’invite, avec l’ensemble de la municipalité, à un rassemblement ce jeudi 17 juillet à 18h, devant l’école Joliot-Curie pour que la population puisse publiquement et fortement marquer sa réprobation et sa volonté de ne pas laisser arraquer les écoles de nos enfants.