Cotisations = piège à patrons

samedi 19 avril 2014
par  SUD Education 92

Il est bon de rappeler que le salaire ne se limite pas à ce qui est viré chaque mois sur votre compte en banque (le salaire net), mais inclut aussi les cotisations sociales (part salariale et patronale). Les cotisations dites « patronales » sont de l’argent que votre employeur vous doit au titre de votre travail, comme votre salaire.

Les cotisations sociales ouvrent des droits à diverses prestations comme la maladie, la maternité, le chômage, l’invalidité, ou encore plus généralement, la famille. 100 euros de cotisations sociales, ce sont notamment 41 euros pour l’assurance maladie, 24 euros pour les retraites, 19 euros pour la famille, etc. La CSG, créée sous le gouvernement de Michel Rocard en 1990, s’est en partie substituée aux cotisations sociales (assurance maladie et famille) mais ne crée pas de droits, contrairement aux cotisations ! Et les entreprises ne payent pas la CSG...

Les exonérations de cotisations sociales qui représentent 27 milliards par an (sans compter les 20 milliards du « Crédit Compétitivité Emploi ») sont un exemple de cadeaux faits aux entreprises qui fragilisent la protection sociale. Un salarié payé au Smic a, du fait des exonérations, une baisse de son salaire socialisé de 406 euros !

Quand le patronat dit : « il faut baisser le coût du travail », il faut comprendre que nous devons diminuer notre salaire et les protections sociales qui vont avec car en cherchant à amputer la protection sociale, il privilégie une fois de plus la rémunération de capital et les dividendes versés aux actionnaires.

Concernant les cotisations familiales, le gouvernement a l’intention de les supprimer totalement avec le fameux « Pacte de Responsabilité » de François Hollande, à l’horizon 2017. L’accepter serait faire un nouveau cadeau aux employeurs d’une partie de notre salaire socialisé.